Politique

Algérie : Mezrag divise les ex-émirs de l’AIS

Madani Mezrag compte créer un parti politique en violation de la charte pour la paix et la réconciliation nationale de 2005. Une décision qui n’enchante pas ses ex-compagnons de l’Armée islamique du salut (AIS).

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 8 septembre 2015 à 09:07

Madani Mezrag a décidé de créer un nouveau parti politique, ce qui n’est pas du goût de ses anciens compagnons d’arme. © Fayez Nureldine/AFP

La décision de Madani Mezrag, ex-émir national de l’Armée islamique du salut (AIS), organisation terroriste autodissoute en janvier 2000, de créer un parti politique ne déchaîne pas l’enthousiasme de ses anciens compagnons d’armes. Plusieurs ex-émirs comme Ahmed Benaïcha, qui commandait l’AIS dans l’Ouest, y sont même farouchement hostiles. Adoptée par référendum en septembre 2005, la charte pour la paix et la réconciliation nationale interdit aux islamistes qui prirent part à la guerre civile (120 000 morts) d’exercer une quelconque activité politique.