Entreprises & marchés
Un atelier de confection du groupe malgache Cottonline à Antananarivo.

Cet article est issu du dossier

Ces entreprises qui veulent conquérir l’Amérique

Voir tout le sommaire
Économie

Éthiopie : en Amérique, les chaussures de Tikur Abay gagnent du terrain

Réservé aux abonnés
Par - à Addis-Abeba
Mis à jour le 2 septembre 2015 à 10:15

Tikur Abay fabrique 1,4 million de paires de chaussures par an. © Antonin Borgeaud pour J.A.

Dans ce dossier, tour d’horizon de huit PME africaines qui rêvent de conquérir l’Amérique grâce à l’AGOA, accord de libre-échange avec les États-Unis reconduit jusqu’en 2025.

1,4 million de paires de chaussures fabriquées par an pour près de 11 millions d’euros de chiffre d’affaires… L’usine de Tikur Abay, en périphérie d’Addis-Abeba, tourne à plein régime et ne cesse d’augmenter sa production.

Perspectives

Le marché américain représente 15 % de ses ventes, le reste étant réalisé en Italie et en Afrique de l’Est, mais aussi localement. « Avec d’autres facteurs, l’Agoa nous a permis d’augmenter notre volume de 12 % à 16 % chaque année », explique le directeur général Abebe Teklu. La prolongation de cet accord commercial ouvre à Tikur Abay de nouvelles perspectives.

« Notre objectif est d’augmenter notre part de marché aux États-Unis de 5 % tous les ans, afin que 60 % de notre production parte à l’export », confie le dirigeant, qui ajoute : « Supprimer l’Agoa aurait été une mauvaise décision. Mais dans ce cas, nous avions prévu un plan B… »