Économie

Affaire Ohada : les avocats parisiens débarquent

Trois mois après la polémique occasionnée par la participation d’avocats parisiens, à la création d’un « barreau » Ohada, une série de rencontres s’annoncent en Afrique entre praticiens de Paris et du continent.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 21 août 2015 à 10:27

L’équipe LPA & SHBC, créée en début d’année, comptera 40 avocats et juristes, venu d’Alger, de Paris et de Casablanca. © DR

En partenariat avec ses homologues de Ouagadougou et d’Alger, le barreau de Paris va organiser deux événements d’ampleur sur le continent dans les prochains mois. D’abord un « campus Burkina Faso », du 24 au 26 septembre. Cet événement, qui doit être ouvert par le président burkinabè, Michel Kafando, devrait permettre à l’entité parisienne, que certains ont accusée de « néocolonialisme juridique », de s’expliquer auprès des bâtonniers africains.

En cause : la participation des avocats parisiens à la création d’un barreau de la « zone Ohada » (une zone de sécurité juridique qui regroupe 17 pays africains). Devant la polémique, ils avaient dû renoncer à son lancement, prévu en juin à Abidjan.

Affaires

 

Les 8 et 9 novembre, c’est à Alger, où les susceptibilités vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale ne sont pas moins grandes, que se tiendra un autre campus, premier événement de ce type au Maghreb. Signe, sans doute, que les avocats parisiens voient de belles opportunités d’affaires dans ce pays, une cinquantaine d’entre eux se sont déjà préinscrits.