Politique

Limogeage d’Amara Benyounès en Algérie : « Sellal m’a tuer »

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 04 août 2015 à 17h22
Amara Benyounès, Alger, 30 juillet 2014.

Amara Benyounès, Alger, 30 juillet 2014. © Louiza Ammi pour JA

De l’avis d’une connaissance commune à Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès, les relations entre les deux hommes étaient « catastrophiques ».

Confidence d’Amara Benyounès, ancien ministre algérien du Commerce, à l’un de ses amis après son limogeage sans ménagement du gouvernement le 23 juillet : « C’est le touil [« le grand de taille »] qui m’a saqué. » Comprendre : le longiligne Premier ministre, Abdelmalek Sellal. C’est qu’entre ce dernier et Benyounès les relations étaient très tendues depuis plusieurs mois.

De l’avis d’une connaissance des deux hommes, elles étaient même « catastrophiques ». Une mésentente liée principalement à deux dossiers : les importations de véhicules et la libéralisation de la vente en gros de boissons alcoolisées. L’ex-ministre du Commerce a appris la nouvelle de son éviction par des sources non gouvernementales alors qu’il était en réunion avec des cadres de son département.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte