Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Maroc à l'heure locale»

Voir tout le sommaire
Conso & Distribution

Distribution : Maroc Taswiq promeut la production 100 % locale

Après un premier magasin à Casablanca,en 2012, d'autres viennent d'ouvrir, à Agadir, Mohammedia (photo) et Beni Mellal. © DR

Pour barrer la route aux intermédiaires trop gourmands, l'État a créé son propre réseau de distribution. Avec en magasin 4 000 spécialités locales.

Niché dans le centre-ville de Casablanca, derrière le boulevard des Forces-Armées-Royales, le magasin solidaire de Maroc Taswiq est un paradis pour les amateurs de produits du terroir. Sur quelque 800 m2, la boutique propose tous les petits et grands trésors que le royaume compte en ce domaine : des grands classiques, comme l’huile d’olive, l’huile d’argan, les dattes et les amandes, aux spécialités moins connues, tels que le vinaigre de cidre de Tadla, les masques cosmétiques au cactus, le café à base de noyaux de dattes broyés… Soit 4 000 produits référencés, issus des 16 régions du pays et de 1 000 coopératives affiliées.

« Il y a trois ans, Maroc Taswiq comptait à peine 20 coopératives, de seulement 3 régions, et seulement 37 références-produits », souligne Najib Mikou, directeur général de l’établissement.

Maroc Taswiq, premier vendeur des produits 100% marocains

Ouvert en avril 2012, Maroc Taswiq s’est rapidement imposé en tant que premier vendeur des produits régionaux 100 % marocains. Il est même devenu l’un des principaux fournisseurs des établissements hôteliers et touristiques de la capitale économique. Un succès qui a poussé ses dirigeants à étendre l’expérience à d’autres villes du pays. « Nous avons récemment ouvert trois magasins solidaires, à Agadir, Mohammedia et Beni Mellal, précise Najib Mikou. Et nous prévoyons de nous implanter dans d’autres villes. »

Les magasins solidaires de Maroc Taswiq ont pris d’assaut le créneau du commerce électronique.

Ces magasins ont été créés sous la houlette de l’Office de commercialisation et d’exportation (OCE) pour contrer les intermédiaires, notamment les grossistes, qui travaillent souvent dans le secteur informel. Ils restent les premiers bénéficiaires de ce marché des produits régionaux, en pleine croissance, au détriment des producteurs, notamment ceux des provinces reculées.

Solidarité locale et partenariat public-privé

Maroc Taswiq ne se contente pas de ses propres structures de commercialisation. Il travaille en amont avec les petits et moyens agriculteurs et les coopératives (encadrement technique, contribution à la certification des productions selon les normes internationales, entrepôts frigorifiques, stations de stockage et de conditionnement…). En aval, il collabore avec le secteur privé pour étendre les circuits formels de vente. Il a déjà noué huit partenariats public-privé avec des distributeurs locaux et signé une convention de distribution avec Aswak Assalam, l’une des plus importantes chaînes de grande distribution du pays.

Les magasins solidaires de Maroc Taswiq ont également pris d’assaut le créneau du commerce électronique. « Pour toucher une plus vaste clientèle, explique Najib Mikou, et parce que l’e-commerce représente aujourd’hui un volume d’affaires de 400 milliards de dollars [environ 361 milliards d’euros] par an. Le Maroc veut aussi sa part du gâteau, en mettant en avant ses produits du terroir. » L’établissement a d’abord lancé la plateforme bladkhir.ma.

Réservé aux consommateurs locaux, ce site propose 2 000 produits alimentaires et cosmétiques et assure la livraison à domicile dans toutes les régions du pays. Il a également créé deux plateformes destinées à la vente à l’étranger, cosmethicmaroc.com et authenticmaroc.com (disponibles en quatre langues, elles livrent des produits marocains dans 220 pays). Selon son directeur, Maroc Taswiq s’apprête à signer des conventions avec des géants mondiaux de l’e-commerce, comme le chinois Alibaba et l’américain eBay.

Fermer

Je me connecte