Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Maroc à l'heure locale»

Voir tout le sommaire
Politique

Maroc : 1 pays, 1 500 communes et bientôt 12 régions

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 21 août 2015 à 16h39
« C'est dans les périphéries, loin de l'Etat, que se créé, presque en catimini, la richesse du pays. »

« C'est dans les périphéries, loin de l'Etat, que se créé, presque en catimini, la richesse du pays. » © Emmanuel Baudran/AFD

Le nouveau découpage territorial en carte interactive.

La Constitution du 1er juillet 2011 consacre son titre IX aux collectivités territoriales – régions, préfectures (en milieu urbain) ou provinces (en milieu rural), et communes -, précisant qu’elles « constituent des personnes morales de droit public et gèrent démocratiquement leurs affaires », que le conseil communal et le conseil régional « sont élus au suffrage universel direct » (art. 135) et que les préfectures et provinces sont administrées par des walis pour les premières et par des gouverneurs pour les secondes, « qui représentent le pouvoir central ».

Le nouveau découpage territorial prévu par le projet de régionalisation avancée de 2011 et adopté par le gouvernement en février 2015 (qui doit encore être approuvé par le Parlement) propose une réorganisation en 12 régions (contre 16 actuellement), 13 préfectures et 62 provinces, et 1 503 communes, dont 6 villes avec régime d’arrondissements (Rabat, Salé, Casablanca, Marrakech, Fès, Tanger).

 

Projet de redécoupage régional : passez la souris sur les différentes régions pour voir leur nom

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte