Politique

Sénégal : le président, le procureur et les journalistes

Le président sénégalais a du faire face à de vives critiques de la part des médias suite au placement en garde à vue de quatre journalistes. Le procureur de Dakar aurait procédé aux arrestations sans en avertir sa hiérarchie.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 20 juillet 2015 à 19:01

Macky Sall, le président sénégalais. © Youri Lenquette / J.A.

C’est en rentrant de La Mecque, le 16 juillet, que le président sénégalais a pris la mesure de l’incendie médiatique provoqué par le placement en garde à vue, à Dakar, de quatre journalistes – dont trois directeurs de publication.

À la suite de trois plaintes distinctes, le parquet entendait les contraindre à divulguer leurs sources. Les uns avaient révélé des informations sur le plan de déploiement des soldats sénégalais en Arabie saoudite ; un autre avait évoqué certaines mutations dans l’armée ; et le quatrième avait reproduit des procès-verbaux dans l’affaire Thione Seck.

Selon un proche de Macky Sall, le procureur de Dakar a ordonné ces arrestations sensibles sans en référer à sa hiérarchie, plaçant ainsi les autorités en porte à faux. Instruction lui a semble-t-il été donnée depuis de remettre en liberté les journalistes.