Économie

Al Walid Ibn Talal rejoint le club des « milliardaires philanthropes »

Il dit peser 32 milliards de dollars, mais Forbes ne lui en attribue « que » 28 milliards. © CORBIS

Le neveu du roi Salman entre dans le cercle des milliardaires philanthropes de Bill Gates : il devrait léguer l'intégralité de sa fortune.

Le fondateur de Microsoft compte un nouveau disciple… en Arabie saoudite. Depuis 2010, 137 milliardaires ont répondu à l’appel de Bill Gates, l’homme le plus riche de la planète, à léguer plus de la moitié de leur fortune à des œuvres caritatives. Un cercle que vient de rejoindre le prince Al Walid Ibn Talal en s’engageant à donner l’intégralité de la sienne.

Ce neveu du roi Salman s’est enrichi grâce à sa société d’investissement, Kingdom Holding Company, qui possède des participations dans le parc d’attractions Euro Disney, la chaîne hôtelière Four Seasons et le géant des médias News Corporation. Ses dons continueront d’être versés après sa mort à sa fondation, Alwaleed Philanthropies. Mais quel en sera le montant exact ? Alors que le magazine Forbes estime sa fortune personnelle à 28 milliards de dollars (25 milliards d’euros), le prince, très courroucé, en revendique 32 milliards.

Terre bénie

Quoi qu’il en soit, pour Bill Gates, dont le compte en banque dépasse les 78 milliards de dollars, la décision du Saoudien est une « étape formidable » dans le combat contre la pauvreté. Reste que la générosité du prince bénéficiera surtout à son pays, note le Financial Times. « Puisque ma richesse vient de ma terre bénie, ma première priorité est de la lui donner en retour. Nos efforts philanthropiques s’étendront ensuite à d’autres pays à travers le monde », a-t-il ainsi confirmé.

En avril, Al Walid Ibn Talal avait déjà fait parler de lui en promettant sur Twitter d’offrir une Bentley à chaque pilote saoudien engagé dans l’opération « Tempête décisive » au Yémen. Et il a d’ores et déjà versé près de 3,2 milliards d’euros à sa fondation. Aujourd’hui, il précise que ses dons viseront à soutenir les échanges culturels, l’autonomie des femmes et la fourniture de matériel de secours pour faire face aux catastrophes naturelles.

Fermer

Je me connecte