Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire : 2011-2015, le vrai bilan»

Voir tout le sommaire
Musique

Dans les pas de Magic System ? Espoir 2000 aussi fait bouger-bouger

Pat Saco et Valéry, juillet 2015 © Ananias Leki-Dago pour J.A.

Des paroles sarcastiques au rythme du zouglou : depuis vingt ans, cette formule simple assure le succès du duo… qui rêve de suivre les pas de Magic System à l'international.

Quand elles entendent parler d’Espoir 2000, les Ivoiriennes lèvent les yeux au ciel. Si elles sont les premières à se trémousser sur la musique endiablée de l’un des groupes de zouglou les plus populaires du moment, elles reçoivent assez mal les paroles souvent sarcastiques qui leur sont destinées. « J’aime bien taquiner les femmes », avoue sans aucune gêne Hugues Patrick Ossohou, alias Pat Saco, le chanteur du duo qu’il forme avec Valéry Théa Doubo, dit Valéry.

Réputation de misogyne

« Les intellectuels du zouglou » – c’est leur surnom – ont rencontré le succès en 1997 avec la sortie de leur premier album, Éléphant d’Afrique. Un an plus tard, leur opus Série C cartonne au hit-parade, avec plus de 213 000 exemplaires vendus. Une sacrée performance pour un marché comme celui de la Côte d’Ivoire. Mais c’est aussi depuis cette date que le groupe traîne sa réputation de misogyne. La chanson éponyme de l’opus, « Série C », raconte en effet le manque d’ambition des adolescentes qui préfèrent abandonner tôt leurs études pour devenir coiffeuses, chômeuses ou « chasseuses de primes ». Comprendre : des filles aux mœurs faciles et âpres au gain. Succès immédiat !

Plusieurs albums, plus ou moins bien reçus, se suivent entre 2000 et 2014. Ce qui n’empêche pas Espoir 2000 d’être régulièrement récompensé pour l’ensemble de son œuvre. Non content d’accumuler les prix à travers le continent, le groupe multiplie les concerts en Europe et en Amérique du Nord depuis qu’il fait partie de la playlist de la radio Africa no 1.

Notre objectif est de porter le zouglou au plus haut »

Si la réussite est au rendez-vous, il y a encore une chose que Pat Saco espère : jouer dans les salles parisiennes du Zénith ou de Bercy, devenues ces dernières années des lieux de passage obligé pour tout artiste africain qui souhaite tester sa popularité en France. « Notre objectif est de réussir une grande carrière internationale pour porter le zouglou au plus haut, comme sait si bien le faire le groupe Magic System », explique Pat Saco.

Du rêve à la réalité il n’y a qu’un pas, mais le chemin vers la reconnaissance internationale est encore long. Le duo le sait, qui a dû surmonter bien des épreuves. Shura, un ancien membre du groupe, a ainsi préféré abandonner l’aventure en cours de route. Un petit accident de parcours qui n’a pas entamé l’ambition du duo Saco-Valéry d’atteindre les sommets du zouglou en Côte d’Ivoire et sur le continent.

20 ans de carrière

Pour ce faire, Espoir 2000 a ensuite cru bon de se concentrer sur la consolidation de son propre label, qui, dès son lancement, s’est diversifié en lançant un journal de promotion du zouglou. L’objectif : faire découvrir aux nouvelles générations cette musique créée dans les années 1990 par des étudiants en révolte contre la société. Mais l’expérience Zouglou Mag a été de courte durée…

Qu’à cela ne tienne, les deux acolytes ne s’arrêtent pas là. « Alors que la tendance chez les artistes est de créer une maison de production qui forme des groupes en devenir, nous préférons pour le moment lutter contre la piraterie, d’où notre partenariat avec Microsoft Afrique pour la protection de la propriété intellectuelle », poursuit le chanteur.

En novembre, le groupe célébrera ses vingt ans de carrière. Les festivités devraient réunir toutes les générations d’artistes qui ont donné ses lettres de noblesse à ce genre musical 100 % ivoirien.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte