Dossier

Cet article est issu du dossier «France, terre d'esclavage»

Voir tout le sommaire
Livres

Taubira pédagogue dans son livre « L’esclavage raconté à ma fille »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 07 juillet 2015 à 19h43
Christiane Taubira au siège européen des Nations unies à Genève en Suisse en mars 2015.

Christiane Taubira au siège européen des Nations unies à Genève en Suisse en mars 2015. © Salvatore Di Nolfi / AP / Sipa

Christiane Taubira le répète à l’envi, c’est une histoire d’une extrême violence, difficile à encaisser. Elle l’a découverte toute seule, et se souvient de la rage et de la haine qui l’ont alors un temps habitée.

C’est pour éviter aux jeunes générations le même choc qu’elle a publié, en 2002, L’Esclavage raconté à ma fille, dont une version remaniée est parue en mai dernier, chez Philippe Rey. Un livre d’entretiens plus ou moins imaginaires avec sa fille, qui n’a rien de savant, mais qui, dans un subtil jeu de questions-réponses, éclaire les adolescents sur l’histoire des souffrances et des révoltes des victimes de l’esclavage et, donc, sur l’histoire de la France.

Taubira n’est ni dans l’accusation ni dans la repentance. Elle explique. Pourquoi les sociétés européennes sont plurielles. Pourquoi la France est une nation civique et non tribale. Comment le racisme a été créé et entretenu par l’esclavage. Comment on a construit les préjugés dont le regard de certains reste empreint aujourd’hui encore.

Petite note d’espoir : cette histoire violente, ce choc entre les personnes, les cultures, les économies a donné des communautés et des identités culturelles nouvelles. Certains ont reproché à Taubira de passer sous silence l’esclavage moderne, la militante répond : « La confusion est mauvaise conseillère, et elle est l’apanage des imbéciles. L’esclavage moderne existe, mais n’est plus dans un système autorisé. Tous les pays de l’ONU ont signé des conventions visant à le condamner. » En partie suite à la Shoah. La plupart des conventions sont intervenues après la Seconde Guerre mondiale.

L'Esclavage raconté à ma fille, de Christiane Taubira, éd. Philippe Rey, 192 pages, 16 euros.
L‘esclavage raconté à ma fille, de Christiane Taubira, éd. Philippe Rey, 192 pages, 16 euros

 

Pour aller plus loin…

 

  • De l’esclavage à la liberté forcée, de Céline Flory, ed. Karthala, 456 pages, 27 euros

de-lesclavage-a-la-liberte-forcee-histoire-des-travailleurs-africains-engages-dans-la-caraibe-francaise-au-xixe-siecle

Abolir l’esclavage suffit-il pour libérer les esclaves ? Assurément non. Salué par le prix de la thèse de la Société des africanistes en 2011 et par celui du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage en 2012, le texte rédigé par Céline Flory pour son doctorat le démontre avec brio.

Intitulée De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle, préfacée par Catherine Coquery-Vidrovitch et désormais publiée chez Karthala, cette somme très documentée analyse la manière dont la France organisa l’immigration de travailleurs aux Petites Antilles entre 1854 et 1862 afin d’y circonscrire les changements induits par l’abolition de 1848. Une sorte de travail forcé pour un voyage sans espoir de retour… perpétuant un système de domination écrasant visà-vis de travailleurs venus de Madère, d’Inde, de Chine et d’Afrique. Édifiant.

 

  • Calcul et Morale. Coût de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle), de Caroline Oudin-Bastide et Philippe Steiner, éd. Albin Michel, 304 pages, 24 euros

CALCUL_ET_MORALE_Mise en page 1

En 1771, l’économiste et homme politique Dupont de Nemours publie un article visant à démontrer que le travail servile coûte trop cher et que les colons eux-mêmes ont intérêt à voir l’esclavage aboli. Entre le XVIIIe et le XIXe siècle, son propos irrigue abondamment la réflexion autour de la rentabilité de l’esclavage, sur son maintien ou non.

Écrit par l’historienne de l’esclavage Caroline Oudin-Bastide et le sociologue de la pensée économique Philippe Steiner, Calcul et Morale retrace ces vifs débats qui ont opposé les meilleurs penseurs français, dont Tocqueville, Turgot, Condorcet et Jean-Baptiste Say, les uns amendant la pensée de Dupont de Nemours, les autres la contredisant.

 

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte