Économie

Mine d’or : une nouvelle cible ivoirienne pour La Mancha

Avec un trésor de guerre de plusieurs dizaines de millions d’euros, le groupe minier La Mancha, actif en Côte d’Ivoire, espère faire tomber dans son escarcelle des projets aurifères en Afrique de l’Ouest, a appris « Jeune Afrique ». Découvrez en exclusivité ses cibles potentielles.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 septembre 2015 à 14:42

En 2014, la production d’or de la Côte d’Ivoire a atteint 18 tonnes. © Reuters

Le Français Sébastien de Montessus, PDG du groupe La Mancha, opérateur de la mine d’or d’Ity en Côte d’Ivoire, cherche de nouveaux projets dans ce domaine en Afrique de l’Ouest.

Pour cela, l’ex-patron de la filière minière d’Areva dispose d’un trésor de guerre de 100 millions de dollars (environ 90 millions d’euros) issu de la revente en avril 2015 de ses gisements d’or et de cuivre au Soudan. Sébastien de Montessus aimerait faire tomber dans son escarcelle des projets de sociétés aurifères sous-capitalisées actives dans la région et mises à mal par la chute des cours.

Selon les informations recueillies par Jeune Afrique, la junior anglaise Amara Mining, pilotée par John McGloin et détentrice du gisement ivoirien d’or de Yaoure, est dans sa ligne de mire : « Avec une capitalisation boursière qui a chuté à Londres à moins de 60 millions de livres (moins de 82 millions d’euros), Amara Mining ne pourra pas développer seul un projet qui nécessite environ 400 millions de livres d’investissement ! » estime-t-il.