Justice

Maroc : la justice en ébullition

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 15 juin 2015 à 17h06
Mustapha Ramid, ministre de la Justice.

Mustapha Ramid, ministre de la Justice. © HASSAN OUAZZANI POUR JA

Après avoir fait publier un avant-projet de réforme du code pénal, Mustapha Ramid, le ministre marocain de la Justice, a engagé des consultations avec certains professionnels du secteur en vue de modifier les textes qui régissent leurs activités.

« Le dialogue est ouvert avec les avocats et les adoul (notaires religieux). Il le sera plus tard avec les notaires, les experts judiciaires et les greffiers des tribunaux », apprend-on de bonne source. L’objectif est de moderniser ces professions très fortement syndicalisées et politisées et d’améliorer leurs statuts afin d’accompagner la réforme de la justice. Il est arrivé dans le passé que des grèves paralysent les tribunaux, perturbent la vie des citoyens et freinent l’activité économique. En 2011, par exemple, celle des greffiers avait coûté à l’État la bagatelle de 56,1 millions de dirhams (4,5 millions d’euros).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer