Télécoms

Comment Orange recrute et forme ses talents africains

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 20 avril 2021 à 17h39
Boutique Orange à Abidjan, en juillet 2018.

Boutique Orange à Abidjan, en juillet 2018. © Issam Zejly pour JA

Partenariat avec des universités de renom, stages à distance, formation interne… Pour étoffer ses équipes dans les domaines identifiés comme stratégiques, l’opérateur diversifie les pistes.

Le géant français des télécoms, piloté sur le continent par le Sénégalais Alioune Ndiaye, diplômé en de l’Institut Mines-Télécoms Business school, recrute d’abord dans des domaines techniques qu’il a identifiés comme stratégiques : la cybersécurité, le cloud computing, l’intelligence artificielle, le management de données, et les nouveaux services financiers.

L’année 2021 devrait lui permettre de recruter environ 800 personnes pour l’ensemble de la zone Afrique et Moyen-Orient, dont une moitié de profils techniques.

Formation d’experts

Depuis 2017, Orange Middle-East & Africa (OMEA), Orange Côte d’Ivoire et Orange Campus – l’université d’entreprise – se sont associés à deux établissements ivoiriens, l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB) et l’École nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée (Ensea).

Conjointement, ils forment des experts dans le domaine de la statistique, de l’intelligence artificielle et du Big Data à Yamoussoukro, sur le campus de l’INP-HB.

Le groupe crée des parcours internes de mise à niveau pour ses techniciens et ingénieurs

Compte tenu de la crise sanitaire, OMEA a également lancé plusieurs formats de « stages à distance », à l’issue desquels certains intègrent pour de bon l’entreprise.

À ce titre, Orange Egypt a créé un parcours appelé « Internet a safe navigation to a bright future»  et a accueilli 65 stages en distanciel (après publication sur la page Facebook Orange Egypt) et prépare un partenariat avec l’Université américaine du Caire pour 2021.

Enfin, le groupe crée des parcours internes de mise à niveau de ses techniciens et ingénieurs : il s’agit soit de parcours diplômants, en partenariat avec de grandes écoles d’ingénieurs, qui se déroulent sur un an ou 1en dix-huit mois (de type bac + 3 ou bac + 5) ; soit de parcours certifiants, avec des organismes ou éditeurs de logiciels spécialisés.

Ceux qui suivent un parcours diplômant bénéficient à la fois d’une formation académique, de mises en situation concrètes avec des cas pratiques, et d’un accompagnement rapproché par un parrain, cadre du groupe plus expérimenté.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer