Dossier

Cet article est issu du dossier «Quatre idées pour doper la productivité agricole en Afrique»

Voir tout le sommaire
Agroalimentaire

En Afrique, quatre idées pour doper la productivité agricole

Réservé aux abonnés ouvert exceptionnellement | | Par
Mis à jour le 23 avril 2021 à 09h22
Plantation de maïs.

Plantation de maïs. © Vincent BOUCHET/limagrain

Au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire ou encore en Tunisie, Jeune Afrique a sélectionné quatre réussites qui ensemencent l’avenir du continent.

L’enjeu n’est pas nouveau. Même si les productions agricoles du continent sont – toutes filières confondues – plutôt à la hausse, cette progression reste insuffisante pour répondre aux besoins alimentaires consécutifs à l’augmentation des populations. La productivité reste trop faible.

Année après année, les analystes pointent la dépendance toujours plus grande des pays africains aux importations de denrées alimentaires, essentiellement asiatiques – Chine et Thaïlande en tête pour le riz –, mais aussi sud-américaines, russes et ukrainiennes pour d’autres produits agricoles.

Recettes efficaces

En Afrique, il existe pourtant des recettes efficaces en matière de productivité. Il y a d’abord beaucoup à faire en matière d’organisation des filières, que ce soit dans l’optimisation de la logistique – souvent chancelante – des intrants ou des récoltes, ou pour structurer des coopératives efficaces. Sur ce dernier point, les vignerons tunisiens pourraient dispenser bien des leçons ; pour ce qui est de la mutualisation des moyens de production et de la commercialisation, comme de la solidarité et du partage de connaissances.

Les agriculteurs africains débordent de créativité.

Autre chantier majeur, l’adaptation des semences agricoles au milieu local, telle que la variété de cacao Mercedes élaborée à Yamoussoukro par des agronomes ivoiriens. Grâce à elle, les volumes produits par la Côte d’Ivoire ont progressé de 83 %. Si les mêmes efforts en matière de R&D étaient consentis pour d’autres cultures consommées localement, – et non tournées vers l’exportation –, cela pourrait aussi grandement changer  la donne.

Enfin, l’utilisation fructueuse des nouvelles technologies est une autre piste majeure, aussi bien dans la micro-irrigation – les Burkinabé en sont les pionniers sur le continent – qu’avec les drones, utilisés par les riziculteurs togolais pour cartographier leurs champs, en optimiser l’exploitation et mieux disperser les produits phytosanitaires.

JA a sélectionné quatre idées pertinentes qui permettent d’augmenter la production agricole, quatre réussites prenant corps dans des pays et des filières bien différents. Ce choix ne prétend pas à l’exhaustivité, car les agriculteurs africains, confrontés à de multiples défis – notamment logistiques et climatiques –, débordent de créativité. Puissent simplement ces quatre exemples inspirer d’autres acteurs agricoles du continent dans leur volonté d’améliorer la productivité et de mieux nourrir les populations.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte