Energie

À Blitta, l’émirati Amea Power s’apprête à booster la production électrique du Togo

Réservé aux abonnés | | Par
Le 3 février 2020, lors du lancement officiel du chantier, à Blitta.

Le 3 février 2020, lors du lancement officiel du chantier, à Blitta. © Emmanuel PITA/Présidence du Togo

Baptisée Mohamed Bin Zayed, la plus grande centrale photovoltaïque du pays devrait voir sa première phase, d’une capacité de 30 MW, opérationnelle en mars.

Le coup d’envoi des travaux de construction du parc solaire de Blitta, située à 270 kilomètres au nord de Lomé, dans le centre du pays, a été très officiellement donné le 3 février 2020, en présence du chef de l’État, Faure Gnassingbé, et de Hussain al-Nowais, le président fondateur du groupe émirati Amea Power (détenu par le holding familial AlNowais Investments), spécialisé dans la construction, la maintenance et l’exploitation d’infrastructures énergétiques.

Le gigantesque parc solaire Mohamed Bin Zayed (du nom du prince héritier d’Abou Dhabi) permettra de produire plus de 90,255 gigawattheures (GWh) par an et sera doté d’une puissance totale de 50 mégawatts (MW).

L’installation se fera en deux étapes. La livraison de la première phase du projet (pour une capacité de 30 MW), prévue au mois de juin 2020, a été retardée par la crise sanitaire, mais elle devrait intervenir dans le courant du premier trimestre de 2021 (70 % des travaux étaient réalisés à la mi-décembre 2020).La deuxième phase porte sur une capacité supplémentaire de 20 MW et comprend la connexion au réseau électrique national. Une fois pleinement opérationnel, le parc solaire de Blitta permettra à 600 000 foyers et 700 PME d’avoir accès à l’électricité à un coût abordable, et il portera la capacité de production du pays à 265 MW.

Trois objectifs à l’horizon 2030

Réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé et porté par Amea Togo Solar, filiale locale du groupe dubaïote, ce projet représente un investissement de 21,5 milliards de F CFA (près de 32,8 millions d’euros), financé à hauteur de 25 % par le Fonds d’Abou Dhabi pour le développement, auquel s’ajoute un prêt de 7 milliards de F CFA de la Banque ouest-africaine de développement (Boad) à l’État togolais. Le parc sera géré et exploité pour une durée de vingt-cinq ans par Amea, et l’électricité produite sera commercialisée par la Compagnie d’énergie électrique du Togo (CEET).

L’accès à l’électricité constitue l’un des piliers majeurs de la réalisation du PND

Le parc solaire de Blitta s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique nationale et vise trois objectifs à l’horizon 2030 : permettre à 100 % des Togolais d’avoir accès à des services énergétiques de qualité et à un coût abordable, atteindre l’indépendance énergétique totale et augmenter de façon substantielle la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national –  le tout en phase avec le Plan national de développement.

« L’accès à l’électricité constitue l’un des piliers majeurs qui permettront au Togo la réalisation de son Plan national de développement », souligne Abbas Aboulaye, le directeur général de l’Énergie.

Et pour atteindre une couverture universelle, le pays envisage une combinaison intelligente entre l’extension du réseau classique et le déploiement de technologies hors réseau.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer