Dossier

Cet article est issu du dossier «Quel leadership pour l'Afrique ?»

Voir tout le sommaire
Économie

Motsepe, Dangote, Benjelloun… Ces milliardaires qui veulent guérir l’Afrique

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 07 décembre 2020 à 09h06
Patrice Motsepe, troisième fortune d’Afrique du Sud, est coutumier des actions philanthropiques.

Patrice Motsepe, troisième fortune d’Afrique du Sud, est coutumier des actions philanthropiques. © Theo Wargo/Getty Images for Global Citizen/AFP

Face au Covid-19, les pouvoirs publics ont conduit la riposte. Mais les grandes fortunes du continent ont pris leur part à l’effort collectif, anticipant même parfois les initiatives publiques.

Patrice Motsepe, Nicky Oppenheimer, Aliko Dangote, Tony Elumelu, Strive Masiyiwa, Othman Benjelloun, Aziz Akhannouch… Dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, les grandes fortunes privées africaines sont venues en renfort des États.

Au Nigeria, le magnat du ciment Aliko Dangote, homme le plus riche du continent dont la fortune est estimée à 10  milliards de dollars, est sur le front depuis le début et organise la riposte.

À travers sa Coalition contre le Covid-19 (Cacovid) avec l’appui de la Banque centrale du Nigeria, il a donné l’élan pour collecter 30  milliards de nairas (67  millions d’euros), auprès d’une centaine de donateurs locaux pour financer plus de 2 100 lits de réanimation, 600 000 kits de test dans tout le pays et distribuer de la nourriture. Une initiative très médiatisée qui mobilise une cinquantaine d’entreprises.

Aliko Dangote a déboursé personnellement 2,2  milliards de nairas (5  millions d’euros). Mais le plus gros contributeur reste le banquier Tony Elumelu avec 3,5  milliards de nairas (7,8  millions d’euros).

Fonds et fondations

Parmi les autres donateurs privés : le fondateur de Globacom et troisième fortune du continent Mike Adenuga, avec 1,5  milliard de nairas (3,3  millions d’euros), ainsi que l’industriel Abdul Samad Rabiu, le patron d’Access Bank Herbert Wigwe, le pétrolier Femi Otedola et la vice-présidente de Famfa Oil, Folorunsho Alakija, avec environ un milliard de nairas chacun (2,2  millions d’euros).

En Afrique du Sud, l’impulsion est venue du président Cyril Ramaphosa, avec la création d’un Fonds de solidarité abondé pour près d’un tiers, avec 1  milliard de rands (54  millions d’euros), par la famille Oppenheimer. La famille Rupert, la deuxième plus riche d’Afrique du Sud, a de son côté promis de débourser 1  milliard de rands pour venir en aide aux travailleurs.

Patrice Motsepe, troisième fortune d’Afrique du Sud et président de la société minière African Rainbow Minerals, a choisi, lui, de mobiliser ce milliard de rands à travers sa propre fondation, en partenariat avec des organisations religieuses, des syndicats, des ONG, des chefs traditionnels et les autorités locales, «  avec pour objectif premier de sauver des vies, de ralentir la propagation du virus  », via l’achat de désinfectants, d’équipements de protection et la fourniture d’eau.

Le Maroc mobilisé dès le mois de mars

Nommé, de son côté, envoyé spécial Covid-19 de l’Union africaine, le magnat zimbabwéen des télécoms Strive Masiyiwa mobilise au niveau local les chefs de communauté, leaders religieux, députés et maires. Il a financé 100 000 kits pour tester les personnes les plus vulnérables au Zimbabwe, ainsi que 45 ventilateurs pour unités de soins intensifs aux hôpitaux publics du pays.

Au Maroc, les milliardaires Othman Benjelloun, patron de Bank of Africa, et Aziz Akhannouch, à la tête du distributeur de carburants Afriquia, ont ouvert le bal dès le mois de mars, mettant à contribution leurs sociétés avec des dons de 1  milliard de dirhams chacun (100  millions d’euros) pour alimenter le Fonds spécial marocain de lutte contre le coronavirus.

Toujours en Afrique du Nord, après avoir été au départ vertement critiqué pour son manque d’implication, appelant sur Twitter à reprendre le travail au plus vite, Naguib Sawiris a fini par mettre la main à la poche, via sa fondation, à hauteur de 100  millions de livres égyptiennes (5,4  millions d’euros) en avril, afin de soutenir le ministère égyptien de la Santé et les familles dans le besoin.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte