Emploi & Formation

[Classement] Écoles de commerce : les meilleurs masters africains à la loupe

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 18 décembre 2020 à 10h26
Le programme grande école de la Rabat Business School est l’un des deux meilleurs masters de notre palmarès maghrébin.

Le programme grande école de la Rabat Business School est l'un des deux meilleurs masters de notre palmarès maghrébin. © Rabat Business School

Sur le continent, la majorité des business schools ont bien négocié le virage de l’enseignement à distance. Retrouvez le nouveau classement Jeune Afrique des masters des écoles de commerce francophones.

Les circonstances dans lesquelles ce classement annuel des masters des écoles de commerce francophones du continent a été réalisé sont exceptionnelles : de Rabat à Douala, les campus sont quasi déserts en cette mi-novembre. On se croirait au beau milieu des grandes vacances.

En réalité, les cours se poursuivent pour la plupart de manière virtuelle. Face à la pandémie de Covid-19, pour éviter de devenir des clusters de contamination – comme certaines de leurs congénères européennes –, les business schools ont travaillé d’arrache-pied pour se transformer en établissements d’enseignement à distance.

Les écoles que Jeune Afrique a interrogées sur le sujet se sont équipées d’outils, en premier lieu de visioconférence générique (Microsoft Teams est plébiscité par la plupart, davantage que Zoom) et de plateformes d’enseignement à distance telles que Blackboard Collaborate à l’ISM de Dakar et à l’ISCAE au Maroc, Python à Dauphine Tunis ou Webex à la MDI d’Alger, alliant différents moyens de collaboration et de partage de supports de cours.

Cours à la radio à Douala

Plus atypique, à Douala, l’Institut universitaire du Golfe de Guinée organise des cours radiophoniques, et ses étudiants peuvent interagir avec le studio de l’école depuis lequel ils sont diffusés. À Tunis, la Mediteranean School of Business a opté pour un enseignement hybride (présentiel/distanciel) avec des caméras thermiques à suivi automatique améliorant la qualité vidéo des cours pour les étudiants restés chez eux.

Les écoles ont investi massivement pour aider leurs professeurs à tirer le meilleur parti de ces outils. Elles ont aussi accompagné leurs étudiants, y compris parfois en les aidant à obtenir une meilleure connexion internet à leur domicile. L’ISM de Dakar revendique ainsi la formation de 400 enseignants à Blackboard Collaborate, ce qui leur a permis d’assurer plus de 2 000 cours auprès de plus de 4 500 personnes, avec un taux de connexion de 87 % en licence et de 92 % en master – et un taux de satisfaction de plus de 80 %.

En attendant d’être débarrassés du virus, les établissements ont pour la plupart repoussé les stages à des jours meilleurs, et favorisent l’implication des élèves sur les réseaux sociaux. Ils les poussent aussi à imaginer des projets digitaux, notamment associatifs, pour créer malgré tout un esprit collectif au sein des promotions.

Ces circonstances exceptionnelles n’ont pas bouleversé les notes des établissements sur chacun des critères du classement 2020 de JA par rapport à 2019. La plupart des bonnes écoles en présentiel ont réussi à être de bonnes écoles à distance.


Notre méthodologie

Ce palmarès 2020 compare des parcours diplômants de niveau bac + 5 en management, commerce, gestion et administration des affaires ayant récompensé une première promotion il y a au moins trois ans. Les écoles ont elles-mêmes choisi le parcours qu’elles souhaitaient faire évaluer.

Le classement a été établi à partir des réponses à une liste de plusieurs dizaines de questions envoyée à 57 écoles de pays francophones d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord. Ont été analysées l’attractivité et la sélectivité des écoles, leur ouverture à l’international, la qualité de leur pédagogie – avec, comme l’an passé, une attention particulière portée sur la recherche appliquée – et les liens qu’elles cultivent avec les entreprises.

Cette année étant marquée par la pandémie de Covid-19, nous avons également cherché à évaluer à quel point les établissements ont su rapidement mettre en place des mesures préventives ainsi que de l’enseignement à distance. Certains établissements réputés ne figurent pas dans les tableaux finaux pour diverses raisons. Depuis plusieurs années, HEM au Maroc indique ne pas vouloir y participer.

À Casablanca, l’Esca a préféré se concentrer sur une rentrée difficile sous le sceau de la crise sanitaire. Le Cesag au Sénégal n’a pas non plus souhaité participer à notre enquête. Enfin, certaines données fournies par les antennes locales d’écoles françaises ont été pondérées, afin de garantir une comparaison équitable.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte