Politique

[Édito] Comment peut-on être Tchadien ?

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 22 mars 2021 à 10h16

Par  François Soudan

Directeur de la rédaction de Jeune Afrique.

La Place de la Nation, à N’Djamena, en 2011.

La Place de la Nation, à N'Djamena, en 2011. © Vincent Fournier/Jeune Afrique/JA

Après l’indépendance obtenue en 1960, le Tchad a eu à construire son identité nationale en balayant les ingérences passées. Un pari relevé par « le maréchal » Idriss Déby Itno, à la tête du pays depuis plus de trente ans.

Soixante ans de colonisation et soixante ans d’indépendance, dont la moitié sous la direction du même homme : ainsi peut se résumer l’histoire contemporaine du Tchad. Lorsque Idriss Déby Itno accède au pouvoir, le 4 décembre 1990, après avoir chassé Hissène Habré de N’Djamena, son pays est encore très largement une protonation, « un espace délimité par les frontières de ses voisins », disait Jacques Chirac, à la fois accident historique et fruit d’une surenchère territoriale décidée au Congrès de Berlin pour des raisons qui relevaient avant tout du prestige.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte