Économie

Ces patronnes africaines (2/3) : quand Bolloré et Orange font confiance aux femmes

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 06 novembre 2020 à 11h52
Elisabeth Medou-Badang, Delphine Traoré, Aida Diarra

Elisabeth Medou-Badang, Delphine Traoré, Aida Diarra © DR

Delphine Traoré, Elisabeth Medou-Badang ou Bola Adesola ont en commun une solide formation et une volonté de fer. Et les multinationales ne s’y sont pas trompées.

  • Aïda Diarra (Mali)

Longtemps patronne emblématique de Western Union en Afrique (elle était entrée dans le groupe en 1999), Aïda Diarra a entamé à la fin de 2018 une nouvelle aventure avec Visa, dont elle dirige toute la vaste zone Cemea (Europe centrale et orientale, Moyen-Orient et Afrique).

Elle aime citer sa mère, diplomate nigérienne qui a travaillé pour les Nations unies, mais aussi sa grand-mère comme des modèles d’anticonformisme qui l’ont inspirée et encouragée à se hisser très haut.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte