Économie

Entreprendre en RDC (3/5) : droit, sport, diplomatie… Où s’arrêtera Bestine Kazadi ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 18 novembre 2020 à 15h51
Bestine Kazadi

Bestine Kazadi © DR

Conseillère de Félix Tshisekedi sur la coopération et l’intégration régionale, patronne de l’AS Vita Club, mais aussi avocate, écrivaine, militante des droits de la femme… Bestine Kazadi est sur tous les fronts.

Élue dès le premier tour face à trois concurrents, Bestine Kazadi est devenue, en août, la première femme à diriger un grand club de football congolais.

L’Association sportive Vita Club – communément appelée Vita ou Véa – est en effet une institution en RDC, solidement installée dans le paysage sportif national depuis 1935.

La nouvelle présidente de l’équipe la plus populaire de Kinshasa n’est pas arrivée là par hasard : elle connaît bien le monde du foot, et en particulier cette formation, puisque son père y a évolué et l’a dirigée. Les supporteurs du club l’ont affectueusement surnommée Kimpa Vita (d’après une figure de l’ancien royaume Kongo de la fin du XVIIe siècle).

Entrer dans la ligue du « sport business »

Née en Belgique en 1963 d’un père congolais et d’une mère belge, Bestine Kazadi a passé son enfance à Kinshasa avant de repartir en Belgique, où elle a fait des études de droit et de sciences sociales à l’université de Liège.

Elle s’est ensuite inscrite au barreau de Kinshasa, où elle exerce depuis en tant qu’avocate. Me Bestine Kazadi s’est également engagée dans les rangs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti cofondé par Étienne Tshisekedi, le défunt père de l’actuel président.

Elle est d’ailleurs actuellement la conseillère du président chargée de la coopération et de l’intégration régionale. Avocate, écrivaine, militante des droits de la femme et du leadership féminin, mère (d’une fille)… Bestine Kazadi mène des combats sur bien des fronts. Et c’est avec détermination qu’elle compte, dit-elle, « faire entrer Vita Club dans le sport business » pour qu’il devienne un géant du foot africain.

L’atypique club vert et noir, qui cristallise les passions au sein des quartiers populaires de l’est de Kin, court en effet après un sacre continental depuis… 1973. Bestine Kazadi réussira-t-elle là où ses prédécesseurs ont échoué ? En attendant, elle a déjà remporté une bataille en déjouant les préjugés, dans un univers considéré comme masculin et machiste.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer