Économie

La RDC reprend en main la gestion de ses forêts

Réservé aux abonnés | | Par
Enpreposage de grumes dans le port de Kinshasa.

Enpreposage de grumes dans le port de Kinshasa. © DENIS ALLARD/REA

Des efforts ont été réalisés pour assainir le secteur, qui amorce son essor sur des bases plus industrielles. Mais la gouvernance et la certification restent des défis de taille.

La RDC abrite plus de 60 % des forêts denses du bassin du Congo, dont une bonne partie des superficies exploitées l’était illégalement… jusqu’à ce que les pouvoirs publics décident de les débarrasser des sociétés peu scrupuleuses. Au terme d’un long processus engagé en 2002, sur 80 titres jugés convertibles, 57 ont été convertis en contrats de concession forestière en 2011.

Cependant, selon le Groupe de travail climat REDD rénové (GTCRR, le REDD étant le mécanisme de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière), un réseau de la société civile congolaise axé sur l’environnement, certaines concessions auraient récemment été illégalement attribuées.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte