Banque

Ade Ayeyemi (Ecobank) : « Une entreprise qui ne change pas meurt. Rappelez-vous Air Afrique… »

Réservé aux abonnés | | Par
Ade Ayeyemi, le directeur général d'Ecobank.

Ade Ayeyemi, le directeur général d'Ecobank. © Ecobank

Aux commandes de la banque panafricaine depuis cinq ans, le Nigérian appréhende la crise liée au Covid-19 comme le meilleur moyen d’accélérer l’innovation technologique.

Ade Ayeyemi, banquier nigérian à la réputation d’intraitable cost cutter, vient de fêter ses cinq ans à la tête d’Ecobank.

Arrivé en septembre 2015 dans une institution comptant 11 millions de clients et 200 millions de dollars de bénéfices avant impôts, mais affaiblie par des accusations de mauvaise gouvernance et d’incompétence, ce vétéran de l’américain Citi a eu fort à faire pour redresser la banque panafricaine, présente dans 33 pays du continent.

La clientèle et les bénéfices annuels ont doublé sous son mandat. Une progression obtenue au prix d’un lourd tribut : le groupe compte désormais un tiers d’agences bancaires en moins – il en restait moins de 850 à la fin de 2019 – et a perdu près d’un quart de ses effectifs, pour descendre à moins de 15 000 salariés.

Au début d’octobre, au cours d’un entretien d’une heure en visioconférence depuis le siège de la banque à Lomé, c’est un Ade Ayeyemi volubile et fier de son bilan qui est revenu pour Jeune Afrique sur la transformation numérique qu’il a engagée, les difficultés que rencontre la banque au Nigeria et l’impact de la pandémie de Covid-19, qui a contribué à une chute de 22 % du bénéfice net au premier semestre.

À l’approche de ses 58 ans, le patron a également évoqué son propre avenir au sein du groupe.

Jeune Afrique : À la fin de mars, vous disposiez de très peu de temps pour fermer vos agences dans une grande partie du Nigeria. Un défi symptomatique de l’accélération de la numérisation provoquée par le Covid-19 ?

Ade Ayeyemi : La pandémie nous a totalement pris de court. Lagos, un État voisin [Ogun] et Abuja – soit une grande partie de l’économie d’Afrique de l’Ouest – nous ont donné quarante-huit heures pour fermer nos agences [dans le cadre du confinement local], afin d’éviter des pertes en vies humaines. Mais les gens devaient continuer de vivre leur vie, de toucher de l’argent et d’en transférer vers d’autres régions du pays.

Les services de banque numérique d'Ecobank. Photo par SIA KAMBOU / AFP

Les services de banque numérique d'Ecobank. Photo par SIA KAMBOU / AFP © SIA KAMBOU/AFP

De la nécessité naît l’invention. Le Covid est le premier facteur accélérateur d’innovation technologique

La technologie numérique nous a permis de maintenir ces flux. Il y a vingt ans, nous n’aurions pas pu y arriver. Avant le Covid, nous, comme les autres banques, avions beaucoup investi dans l’innovation technologique. Mais le bureau restait notre cadre de travail. Le Covid nous a appris le télétravail.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte