Politique

RDC : le bal des opposants

Réservé aux abonnés | | Par - envoyé spécial à Kinshasa
De gauche à droite : Jean-Pierre Bemba, Antipas Mbusa Nyamwisi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito à Bruxelles, en 2019.

De gauche à droite : Jean-Pierre Bemba, Antipas Mbusa Nyamwisi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito à Bruxelles, en 2019. © GERARD GAUDIN/BELGA PHOTO/AFP

Alors que les tractations battent leur plein en amont des consultations annoncées par Félix Tshisekedi, les différents leaders de la coalition de l’opposition parviendront-ils à trouver une position commune ?

C’est un portrait en peinture de taille moyenne, aux couleurs vives, rangé dans le coin du bureau de Martin Fayulu. Ni accroché au mur ni vraiment soustrait à la vue des visiteurs qui défilent dans le quartier général de l’opposant, on y distingue le visage fier de l’ancien candidat, regard fixé vers l’horizon, souligné de cette phrase aux allures de mise en garde : « La vérité triomphera. »

En ce début de mois d’octobre, au Faden House, l’hôtel que possède Fayulu, l’heure est à la préparation d’une passation de pouvoir qui traîne depuis plusieurs mois, celle de la présidence tournante de Lamuka.

Celui qui se dit toujours « président élu » de la RD Congo doit succéder depuis le mois d’avril à l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito à la tête de la principale coalition de l’opposition mais, pandémie de coronavirus oblige, l’absence prolongée de plusieurs cadres de Lamuka (dont Fayulu et Muzito, longtemps bloqués aux États-Unis et en Europe) a retardé la transition. Mais ce n’est pas la seule raison qui explique ce « glissement ».

Difficile consensus

Si, depuis les dernières élections générales, les leaders des partis composant la plateforme ont pu assumer une certaine indépendance dans leurs prises de position respectives tout en parvenant à parler d’une seule voix sur certains sujets clés, le consensus semble de plus en plus difficile à atteindre, à l’heure où Lamuka réfléchit à son évolution et où s’engagent les débats sur la préparation du prochain scrutin présidentiel.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte