Politique

Kaïs Saïed : la fin de l’état de grâce pour le président tunisien ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 29 septembre 2020 à 16h15
Au soir du premier tour de la présidentielle,
le 15 septembre 2019, à Tunis.

Au soir du premier tour de la présidentielle, le 15 septembre 2019, à Tunis. © Zoubeir Souissi/REUTERS

Son élection à la présidence devait ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de la Tunisie. Mais sa gouvernance se révèle aujourd’hui aussi intrigante que clivante.

Le 13 octobre 2019, Kaïs Saïed rafle 2,8 millions de suffrages qui le propulsent à Carthage. Les voix des 18-25 ans ont été particulièrement décisives dans ce succès. Le lendemain, partout dans le pays, des jeunes, mais aussi des moins jeunes, se lancent dans une campagne collective de nettoyage des espaces publics.

Un mouvement apparemment spontané, comme si ces citoyens signifiaient qu’avec cette élection ils accueillaient des temps nouveaux et que l’opération propreté symbolisait leur souhait de mettre fin à la corruption ou, à tout le moins, à une certaine gabegie dans les affaires publiques. Dans le même temps, ils mettaient en application le slogan de campagne du candidat Kaïs Saïed – « Le peuple veut » – et affirmaient leur souhait d’une vie meilleure.

Dégradation de la situation politique

Depuis, les Tunisiens rongent leur frein et assistent, impuissants, à la dégradation de la situation politique qui tétanise, étouffe et paralyse le pays. Les soutiens de la première heure du président tunisien ont perdu l’enthousiasme qui les animait durant la campagne électorale, quand ils étaient convaincus d’avoir trouvé en ce constitutionnaliste antisystème l’homme providentiel, celui qui se démarquait et dont la sincérité ne faisait pas de doute.

Sa victoire doit d’ailleurs davantage à une forme de mobilisation par le bas qu’à une campagne habile qu’il n’a jamais réellement menée. « Kaïs Saïed était comme une récompense après des années d’errance, comme un gage de la fin d’une période tourmentée », se souvient Amal Dheb, une élève infirmière qui a soutenu la candidature de Saïed sur les réseaux sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte