Politique

[Analyse] Djibouti : recherche opposition désespérément

Réservé aux abonnés | |

Par  Olivier Caslin

Olivier Caslin est spécialiste des transports et des questions économiques multilatérales. Il suit également l'actualité du Burundi, de Djibouti et de Maurice.

L'Assemblée nationale djiboutienne, en février 2018.

L'Assemblée nationale djiboutienne, en février 2018. © Patrick Robert

C’est une opposition divisée, incapable de s’entendre sur une stratégie commune, qui se prépare à la présidentielle de 2021 à Djibouti.

À six mois du scrutin présidentiel, l’opposition politique est toujours portée disparue à Djibouti. Seul visage aujourd’hui clairement identifié dans ce désert, celui d’Ilaya Ismaïl Guedi Hared. La fille de feu Ismaïl Guedi Hared, l’ancien leader de l’Union pour le salut national (USN), disparu en 2015, est officiellement chef de l’opposition parlementaire depuis son élection aux législatives de 2018… Sans que cela lui assure pour autant le leadership de ses différentes composantes à l’extérieur.

Menace de boycott

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte