Politique

[Édito] Côte d’Ivoire : qui n’exige rien n’a rien

Réservé aux abonnés | |

Par  André Silver Konan

Journaliste et éditorialiste ivoirien, collaborateur de Jeune Afrique depuis Abidjan.

Côte d'Ivoire, Abidjan : vue aerienne du quartier d'affaires du Plateau.

Côte d'Ivoire, Abidjan : vue aerienne du quartier d'affaires du Plateau. © Macareux/ANDBZ/ABACA

Si la question cruciale des programmes politiques et des projets de société a été reléguée au second plan, c’est parce que les citoyens ne manifestent pas assez d’intérêt à leur égard.

La plupart des Ivoiriens, quels que soient leur bord politique ou leur activisme citoyen, sont unanimes : bien des choses doivent changer dans leur pays. Que ce soit du côté de la classe politique – tant dans le camp de la majorité que dans celui de l’opposition – ou du côté de la société civile.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte