Dossier

Cet article est issu du dossier «Congo : sept mois pour convaincre»

Voir tout le sommaire
Transport maritime

Comment le port de Pointe-Noire est devenu incontournable

Réservé aux abonnés | | Par
Port autonome de Pointe Noire, Congo, en décembre 2019.

Port autonome de Pointe Noire, Congo, en décembre 2019. © SAMIR TOUNSI / AFP

Congo Terminal (Bolloré, AP Moller et Socotrans) a modernisé ses installations pour allier performance et économies d’échelle. Un investissement payant.

Le 19 février dernier, le port autonome de Pointe-Noire (PAPN) a inauguré bien plus que de nouvelles installations.

En réceptionnant les quais D et G, d’une longueur respective de 720 m et de 800 m, en plus d’un nouveau quai polyvalent de 320 m, le tout porté à un tirant d’eau de 15 m pour recevoir les porte-conteneurs d’une capacité de 14 000 équivalents vingt-pieds (EVP), l’autorité gestionnaire du port et ses principaux opérateurs ont définitivement fait de Pointe-Noire l’un des ports les plus modernes du golfe de Guinée et une escale qui compte dans la desserte maritime de l’Afrique centrale.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte