Dossier

Cet article est issu du dossier «[Série] Côte d'Ivoire : dix chantiers phares»

Voir tout le sommaire
Santé

[Série] Côte d’Ivoire : cette santé encore fragile (5/10)

Réservé aux abonnés | | Par - à Abidjan
Bloc opératoire à l’Institut de cardiologie, au CHU de Treichville.

Bloc opératoire à l’Institut de cardiologie, au CHU de Treichville. © OLIVIER pour JA

Construction d’hôpitaux, mise en place de la couverture médicale universelle… Si l’accès aux services de santé s’est amélioré, les déserts médicaux et le manque de matériel rappellent le besoin de poursuivre la politique d’investissements massifs dans le secteur.

«En 2010, j’avais pris l’engagement de construire et de réhabiliter 5 hôpitaux et 100 centres de santé. Nous avons construit 10 nouveaux hôpitaux généraux et réhabilité 22 centres hospitaliers généraux, 78 hôpitaux généraux et 233 centres de santé urbains et ruraux », énumérait Alassane Ouattara devant les parlementaires réunis à Yamoussoukro, le 5 mars. Ces réalisations ont permis d’améliorer nettement le taux d’accès aux services de santé, qui est passé de 44 % en 2012 à 69 % en 2019, et de fournir à certains établissements des services et des plateaux techniques de pointe.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte