Musique

La réalisatrice Félicity Ben Rejeb Price révolutionne l’art du clip

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 août 2020 à 14h38
La réalisatrice de clip Félicity Ben Rejeb Price à Paris, le 23 juin.

La réalisatrice de clip Félicity Ben Rejeb Price à Paris, le 23 juin. © Bruno Levy pour JA

En l’espace de deux ans, la Franco-Britannico-Tunisienne Félicity Ben Rejeb Price a imposé son style au rap français. Portrait d’une réalisatrice à l’imagination débridée.

C’est à elle que l’on doit 40 %, d’Aya Nakamura, Bâtiment, de Niska, ou Chambre 122, de Koba LaD. S’ajoutent à son palmarès la pochette de Cyborg, le dernier album de Nekfeu, et des collaborations photographiques avec des pointures du rap, comme Booba et Damso.

Converse et Adidas

Après des études de stylisme, Félicity Ben Rejeb Price s’oriente vers la photographie, qui la propulse sur la scène rap et hip-hop. Plongée dans un univers créatif dès son enfance – sa mère, peintre, crée des accessoires de mode –, elle bascule ensuite dans la direction artistique, en musique comme en publicité – pour des marques telles que Converse et Adidas.

Après avoir supervisé le clip de la chanson Bob Marley, de Dadju, à la sortie de l’album Gentleman 2.0, en 2017, elle s’oriente vers la réalisation. « Dadju pensait à son prochain clip, Django, et il a demandé qu’on lui soumette des idées, ce que j’ai fait. Sans m’en rendre compte, je lui avais fourni un synopsis. Comme j’avais déjà fait un travail détaillé sur Bob Marley, on m’a confié la réalisation de Django », se souvient-elle. Le titre cartonne et frôle les 100 millions de vues sur YouTube. « Grâce à cette visibilité, on m’a contactée pour réaliser d’autres clips. »

À partir du moment où tu travailles bien, peu importe que tu sois une fille »

Sur son parcours et son histoire personnelle, Félicity refuse de s’exprimer. Femme de l’ombre d’un métier qui réunit tout ce qu’elle a entrepris auparavant, elle s’est taillé une place de choix dans la culture urbaine. Lorsqu’on lui demande si le fait d’être une femme dans un milieu réputé masculin peut être un obstacle, la réponse fuse : « À partir du moment où tu montres aux artistes que tu travailles bien et que tu vas leur apporter quelque chose, peu importe que tu sois une fille. »

Une touche de bling-bling

Grâce au succès de ses clips, Félicity Ben Rejeb Price se paie le luxe de travailler avec des stars comme l’Américain Will.i.am et la Britannique Tara McDonald. Elle parvient à imposer un style coloré assorti d’une touche de bling-bling. Critique envers elle-même, la réalisatrice tente de s’adapter à l’univers de chaque artiste avec lequel elle est amenée à collaborer. « Parfois, je me fais un film à partir d’une image. Mais l’important est d’être à l’écoute de son partenaire tout en laissant libre cours à sa propre imagination. » Imagination débordante, qu’elle va souvent stimuler à l’étranger, notamment aux États-Unis.

Quand j’ai discuté de l’alligator aux diamants, personne ne s’est moqué de moi »

« Quand je suis là-bas, j’ai le sentiment que tout est possible, que l’American dream n’est pas un mythe », confie-t-elle. Entre studios, équipes et idées folles, celle qui a mis le rap français à ses pieds tire parti des bienfaits du pays de l’oncle Sam. Le clip Bâtiment, tourné sous le soleil de Los Angeles l’an dernier, en est un parfait exemple. Pendant plus de trois minutes, le rappeur Niska enchaîne les punchlines au côté d’un alligator paré d’un collier de diamants. « Quand j’ai discuté de l’alligator aux diamants, personne ne s’est moqué de moi. Ils m’ont tous dit OK. Quand j’ai reçu les mensurations de l’animal, j’ai trouvé cela assez drôle. »

Tourné entre Old Tucson, dans l’Arizona, et Corbeil-Essonnes, dans le 91 en France, Paranoïak, de Moha MMZ, est le dernier clip que Félicity Ben Rejeb Price a réalisé. Et, selon elle, le plus abouti : « C’est la première fois de ma vie que j’ai quatre mois pour m’occuper d’un projet », explique la réalisatrice, qui, malgré un CV bien rempli, estime ne pas avoir encore exploité tout son potentiel.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte