Banque de développement

Augmentation du capital, dette sociale… Les autres dossiers d’Adesina à la BAD

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 11 septembre 2020 à 15h05
Akinwumi Adesina, lors de l'Africa CEO Forum 2018 à Abidjan.

Akinwumi Adesina, lors de l'Africa CEO Forum 2018 à Abidjan. © Africa CEO Forum

À côté des grands dossiers énergétiques et agricoles, Akinwumi Adesina a poussé la BAD à innover, notamment en matière financière. Mais sa politique de décentralisation s’est avérée plus difficile à mener.

Contre tous les sceptiques, en octobre 2019, Akinwumi Adesina a convaincu les actionnaires de la BAD d’accroître de 125 % le capital autorisé de l’institution, qui passera de 93 à 208 milliards de dollars entre 2020 et 2030. « Toujours sur le plan financier, elle a aussi fait la preuve de sa capacité d’innovation », souligne Peter Sullivan, de Citi, bon connaisseur de la banque, citant le recours à des instruments financiers sophistiqués sur les marchés internationaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte