Dossier

Cet article est issu du dossier «Finance - Six mois qui ont ébranlé la BAD»

Voir tout le sommaire
Banque de développement

Adesina, son vrai bilan à la tête de la BAD

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 28 juillet 2020 à 15h43
Le Nigérian, lors de sa cérémonie d’investiture à la tête de la BAD, à Abidjan, le 1er septembre 2015.

Le Nigérian, lors de sa cérémonie d’investiture à la tête de la BAD, à Abidjan, le 1er septembre 2015. © Luc Gnago/REUTERS

Unique candidat à sa succession, le patron de l’institution panafricaine est toutefois fragilisé depuis quelques mois par des accusations en interne. État des lieux des grands chantiers qu’il a engagés depuis 2015.

« Et cette question unique, ami, même maintenant, savez-vous de quoi s’agit-il au fond ? » Ainsi s’achève Civil et Soldat, célèbre poème du Nobel nigérian de littérature, Wole Soyinka, évocation d’une brutale et futile confrontation.

Dans la défense ardue et fière qu’il oppose depuis plusieurs mois à ses contempteurs au sein de la BAD, Akinwumi Adesina a souvent donné l’impression de ressasser l’interrogation de son illustre compatriote, natif comme lui du sud-ouest du Nigeria.

Il croyait que son bilan lui assurerait une réélection sans encombre

Travailleur acharné, attentif au détail, obsédé par les résultats, selon ses proches, celui qui préside depuis septembre 2015 la plus importante institution financière panafricaine a longtemps pensé que son bilan suffirait à faire taire les critiques que ses choix brusques avaient fait naître au sein de ses équipes, voire chez certains actionnaires de la banque.

Il croyait aussi que ce bilan lui assurerait une réélection sans encombre à la présidence de la BAD.

Las, depuis la fin de janvier et l’envoi par des lanceurs d’alerte d’un courrier au comité d’éthique de l’institution dénonçant sa gouvernance, sa gestion des ressources humaines et l’aval qu’il a donné à des contrats controversés, l’ex-ministre nigérian de l’Agriculture est sur la défensive. Au point que sa réélection (prévue en août) paraît compromise.

Le nigérian a usé de tous ses dons de communicant pour faire adopter ses « high 5 »

Sans préjuger de cette affaire et alors qu’une « revue indépendante » a été demandée par le bureau du Conseil des gouverneurs à l’ancienne présidente de la République d’Irlande, Mary Robinson, Jeune Afrique a décidé de se concentrer sur le bilan d’Akinwumi Adesina.

C’est le fond, donc, qu’il s’agit d’analyser. À son arrivée à la BAD, en 2015, après les dix années de présidence du Rwandais Donald Kaberuka, le responsable nigérian a usé de tous ses dons de communicant pour faire adopter un ambitieux programme axé autour de cinq priorités, les « high 5 », fixant des objectifs à l’horizon 2025.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte