Économie

Maroc : pour Mohamed Hassan Bensalah (Holmarcom), une garde très rapprochée

Réservé aux abonnés | | Par - à Casablanca
Mis à jour le 17 juillet 2020 à 18h15
Sous la présidence de Mohamed Hassan Bensalah Holmarcom a vu ses revenus quadrupler.

Sous la présidence de Mohamed Hassan Bensalah Holmarcom a vu ses revenus quadrupler. © Holmarcom

À la tête du conglomérat depuis 1993, il a porté son changement de dimension. Sur qui l’héritier s’est-il appuyé pour hisser le groupe au sein des mastodontes marocains ?

Le président de Holmarcom est sorti du confinement avec une grande annonce : la fusion entre Atlanta et Sanad, les deux compagnies d’assurances du groupe est imminente. Une nouvelle étape de franchie pour ce conglomérat que Mohamed Hassan Bensalah préside depuis maintenant vingt-sept ans.

Il avait 23 ans à peine quand il a succédé à son père, décédé en 1993, à la tête de ce groupe historique composé de 35 filiales touchant un peu à tout : de l’agroalimentaire à la distribution en passant par l’industrie et la finance.

En moins de vingt ans, les revenus du groupe ont quadruplé pour se rapprocher du milliard de dollars

Au début, rares étaient ceux à parier sur l’essor qu’a connu le groupe sous la conduite du jeune héritier. Pourtant, en moins de vingt ans, les revenus de Holmarcom ont quadruplé pour se rapprocher du milliard de dollars (932 millions en 2018), tandis que le groupe a accéléré son expansion au sud du Sahara entamée en 2013.

Une réussite remarquable pour le tout jeune quinquagénaire, qui a su conserver les valeurs familiales de ce conglomérat. En témoigne sa garde rapprochée.

La famille d’abord

Au premier rang de celle-ci figure Miriem Bensalah Chaqroun, sa sœur aînée. Elle reste très impliquée dans la gestion opérationnelle, en tant que vice-présidente des Eaux minérales d’Oulmès la société emblématique du groupe.

Miriem Bensalah-Chaqroun a été la première femme à présider la CGEM, le syndicat patronal marocain. © Holmarcom

C’est aussi le visage public de la famille, en raison notamment de ses deux mandats à la tête du patronat (2012-2018), qui ont donné une place de prédilection à la famille Bensalah dans l’establishment politico-économique marocain.

Kenza Bensalah, une autre sœur de l’homme d’affaires marocain est, quant à elle, administratrice-directrice générale du Comptoir métallurgique marocain (CMM), acquis en 1974 par le groupe Holmarcom.

La cadette de la fratrie, Fatima-Zahra Bensalah, est vice-présidente de Holmarcom Finance Company, mais elle est surtout très active dans le volet social des activités d’Atlanta. À la fin de 2015, elle a même créé l’Observatoire marocain du bonheur (OMB), qu’elle préside.

Fatima-Zahra Bensalah est très active dans les activités sociales du groupe.

Fatima-Zahra Bensalah est très active dans les activités sociales du groupe. © Holmarcom

Les fidèles ensuite

Fatima-Zahra Bensalah est appuyée par l’actuel DG d’Atlanta Jalal Benchekroun, appelé à prendre la tête du nouvel ensemble intégré d’assurance du groupe, dont il a gravi un à un les échelons depuis vingt-huit ans. Cet ingénieur statisticien avait déjà été impliqué dans le rachat de Sanad, alors qu’il était directeur général adjoint d’Atlanta.

Hamad Jouahri fait office de conseiller de la famille

Autre partenaire historique des Bensalah, bien qu’en retrait aujourd’hui, Mustapha Faris a longtemps été l’un des mentors de Mohamed Hassan Bensalah et le banquier de la famille, depuis la dizaine d’années passées à la présidence de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCI), filiale du français BNP Paribas.

La BMCI, dont Holmarcom est le troisième actionnaire (7,8%), était dirigée depuis 2005 par Mustapha Faris. Aujourd’hui à la retraite, ce pilier historique de la scène économique marocaine a toujours fait profiter les héritiers Bensalah de ses réseaux financiers. Il reste administrateur des Eaux minérales d’Oulmès et président d’honneur de BMCI, dont Mohamed Hassan Bensalah est depuis dix-sept ans l’un des membres du conseil de surveillance.

Le patron de Holmarcom fait confiance à Hamad Jouahri, ex-commissaire aux comptes. Désormais à la retraite, il continue à conseiller la famille.

Sur le plan juridique, Mohamed Hassan Bensalah est accompagné par Hicham Naciri, l’avocat d’affaires marocain qui dirige le cabinet Naciri & Associés Allen & Overy.

De solides alliés enfin

Quelques cadres opérationnels du groupe Holmarcom figurent aussi dans le premier cercle de son président. Parmi eux : Abdelkhalek El Youbi, le directeur général délégué du fleuron du groupe (Les Eaux minérales d’Oulmès) a commencé dans le secteur des boissons chez Brasseries du Maroc, avant d’être débauché en 1995 par le groupe dont il a largement contribué au développement.

Autre collaborateur clé dans le groupe : Hafid Debbarh, qui pilote deux structures importantes du conglomérat, Somathes (thé) et de Mass Céréales Al Maghreb.

Hors de Holmarcom, Mohamed Hassan Bensalah s’appuie aussi sur Bachir Baddou. L’ancien patron de la Marocaine Vie est le directeur de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurances, dont Bensalah assure la présidence. Si Bachir Baddou n’est autre que le frère de l’ancienne ministre istiqlalienne de la santé Yasmina Baddou, les Bensalah n’affichent aucune préférence politique. Une autre tradition familiale.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte