Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 500 premières entreprises africaines face à la crise»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Décryptage : pour piloter Togocom, Axian s’inspire de Telma

Réservé aux abonnés | | Par
Lome le 6 novembre 2019. Le gouvernement du Togo a donné son feu vert pour le rachat des 51 % de l’opérateur public Togocom. La signature avec Axian Group et Emerging Capital Partners a été effectuée en présence du Premier ministre, Komi Selom Klassou, du ministre de l’Économie et des Finances Sani Yaya, de la ministre des Postes, de l’Économie numérique et des Innovations technologiques, Cina Lawson.

Lome le 6 novembre 2019. Le gouvernement du Togo a donné son feu vert pour le rachat des 51 % de l’opérateur public Togocom. La signature avec Axian Group et Emerging Capital Partners a été effectuée en présence du Premier ministre, Komi Selom Klassou, du ministre de l’Économie et des Finances Sani Yaya, de la ministre des Postes, de l’Économie numérique et des Innovations technologiques, Cina Lawson. © TWITTER CINA LAWSON

Acquis à la fin de 2019, l’opérateur togolais fait figure de test grandeur nature en Afrique de l’Ouest pour le conglomérat malgache, déjà présent au Sénégal via Free.

L’année 2019 aura été celle de l’ancrage d’Axian en Afrique de l’Ouest. Un mois seulement après avoir officiellement lancé la marque Free au Sénégal – grâce à l’opérateur Tigo Sénégal, qu’il a repris en 2018 à Millicom avec ses partenaires Yérim Sow et Xavier Niel –, Hassanein Hiridjee, patron du conglomérat malgache, a finalisé en novembre 2019 l’acquisition, via le consortium Agou Holding, créé avec son partenaire minoritaire Emerging Capital Partners (ECP), de 51 % de Togocom, l’opérateur public togolais (mobile, fixe, internet). L’État a conservé 49 % de l’entreprise, qui a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires d’environ 183 millions d’euros.

Cette opération a permis à l’entreprise publique, qui emploie 1 400 collaborateurs, d’être valorisée à 320 millions d’euros. Du côté d’Axian, elle lui permet de renforcer son ancrage ouest-africain, dans la perspective de futures synergies avec ses activités dans l’énergie. Le conglomérat entend appliquer à Togocom le modèle qui a fait de sa filiale Telma, rachetée en 2004 à l’État malgache, le leader du marché sur la Grande Île, à savoir la maîtrise des infrastructures et le développement de services à valeur ajoutée.


Accédez à l’intégralité du Classement des 500 premières entreprises africaines en vous abonnant à Jeune Afrique Digital pour 1€ seulement.

Déjà abonné ? Consultez le classement en ligne ou sur l’application iOS ou Android.


Des ressources directement empruntées à sa filiale

En première ligne du virage numérique que souhaite prendre le Togo (huit millions d’habitants), les nouveaux actionnaires se sont engagés à mener d’importants investissements. Environ 245 millions d’euros doivent être alloués sur les sept prochaines années afin de moderniser et densifier les réseaux mobile et fixe. Promesse a même été faite de lancer la 5G « au plus tard en 2021 », nous confiait il y a quelques mois Cina Lawson, ministre des Postes, de l’Économie numérique et des Innovations technologiques.

L’engagement porte en outre sur la mise en place d’une banque mobile baptisée MVola, du nom de la plateforme de services financiers développée par Telma à Madagascar. Togocom dispose déjà d’un service de transfert d’argent par mobile appelé TMoney.

Pour mener ces projets, Agou Holding a nommé à la tête de Togocom Paulin Alazard, ex-directeur général adjoint de Telma. Celui qui a également été directeur financier du koweïtien Zain, à Madagascar, et d’Airtel, au Gabon, devra poursuivre en parallèle la restructuration de l’entreprise dans un contexte social tendu. En mai 2019, le gouvernement avait déjà obtenu le départ volontaire de 300 salariés, deux ans après la fusion de Togo Télécom et Togo Cellulaire pour créer Togocom.

Le 2 juin, le holding s’est fendu d’un communiqué pour dresser un premier bilan d’étape. Selon l’entreprise, 97 nouveaux sites 2G et 3G ont été installés, 400 sites 4G+ ont été activés, attirant 170 000 nouveaux abonnés. La résilience du réseau a aussi été renforcée grâce à la mise en place d’une connexion en fibre terrestre avec le Ghana. Dans le même temps, Axian a réorganisé le réseau commercial et profité de sa force de frappe (Madagascar, Comores, île de La Réunion, Mayotte et Sénégal) pour renégocier les contrats avec les fournisseurs.


  • Conseils auprès de l’exécutif togolais

Pour la réforme du secteur des télécoms : McKinsey

Pour la privatisation de Togocom : la banque d’affaires franco-américaine Lazard (Xavier Atieh, Vincent Le Stradic, Roy Azzam, Alexandre Issa-El-Khoury) ; le cabinet de conseil Jones Day (Rémy Fekete et David Guitton)

Conseil financier  : Alain Kete et Niton Coulibaly, d’EY Côte d’Ivoire

  • Conseils auprès d’Axian Conseil auprès d’ECP

Le cabinet d’avocats new-yorkais Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom

Évaluation financière : Rémy Boulesteix, de KPMG France

Conseil auprès d’ECP : White & Case

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte