Politique

Côte d’Ivoire : le PDCI a-t-il tenté d’influencer en ligne la prochaine présidentielle ?

Réservé aux abonnés | | Par
Henri Konan Bédié à son domicile parisien, le 10 septembre 2019 (illustration).

Henri Konan Bédié à son domicile parisien, le 10 septembre 2019 (illustration). © Vincent Fournier/JA

Plusieurs pages et comptes Facebook créés par la société tunisienne Ureputation pour le compte du PDCI et d’Henri Konan Bédié ont été supprimés par le géant américain.

Le PDCI et Henri Konan Bédié ont-ils participé à une vaste opération de désinformation sur internet en vue d’influencer la prochaine présidentielle ? C’est ce que semblent indiquer les conclusions d’une enquête du laboratoire américain d’investigation DFRLab (Digital Forensic Research Lab), rattaché à l’Atlantic Council, un think tank américain spécialisé dans les relations internationales, qui compte George Soros parmi ses généreux donateurs.

Fin mai, Facebook a procédé à la fermeture de 446 pages, 182 comptes, 96 groupes et 60 événements, leur reprochant leur « comportement mensonger coordonné ». Tous avaient été créés par Ureputation, une entreprise sise à Tunis et que dirige l’homme d’affaires Lotfi Bel Hadj.

Parmi les pages supprimées, plusieurs étaient directement liées au PDCI, comme « Je suis PDCI-RDA » ou « Tempête PDCI-RDA ». Facebook a également fermé le compte officiel du parti et celui d’Henri Konan Bédié.

Le nom « hkb2020.com » déposé

Joint par Jeune Afrique, Ureputation reconnaît avoir signé en novembre 2019 un contrat « d’accompagnement et de conseil en communication » avec le parti d’opposition. D’une durée d’un an, il court jusqu’après le second tour de la présidentielle prévue en octobre 2020.

« Le PDCI a été séduit par notre travail avec Nabil Karoui, arrivé au second tour de l’élection en Tunisie alors même qu’il était incarcéré », explique l’un de ses membres. Après un premier contact à Tunis, Lotfi Bel Hadj et son équipe s’étaient déplacés à Abidjan, où ils avaient rencontré Bédié.

Les dirigeants d’Ureputation démentent avoir diffusé des fake news

Les dirigeants d’Ureputation admettent aussi avoir déposé le nom de domaine hkb2020.com « dans l’hypothèse où Bédié serait investi candidat lors de la convention de juillet » et précisent que deux agrégateurs de contenus devraient aussi être créés.

Ils démentent en revanche avoir diffusé des fake news et rappellent que toutes les publications ou les sponsoring de pages avaient d’abord été validés par Facebook. « Avec le PDCI, nous avons fait un travail classique d’agence en communication. L’influence sur internet en fait partie, ce n’est pas un scoop », assure la société tunisienne.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte