Politique

Côte d’Ivoire : qu’est-ce qui fait courir Henri Konan Bédié ?

Réservé aux abonnés | | Par - à Abdijan
Mis à jour le 24 juin 2020 à 17h35
Cérémonie de clôture de la session extraordinaire du Bureau Politique du PDCI-RDA pour la préparation de sa convention, le 5 juin 2020.

Cérémonie de clôture de la session extraordinaire du Bureau Politique du PDCI-RDA pour la préparation de sa convention, le 5 juin 2020. © Abidjan.net

Après avoir, selon son habitude, gardé le silence et entretenu le suspense, Henri Konan Bédié brigue l’investiture du PDCI pour la présidentielle d’octobre. À 86 ans, le Sphinx se sent pousser des ailes. Le rêve de toute une vie va-t-il être exaucé ?

De tous les poids lourds de la scène politique ivoirienne, Henri Konan Bédié est le plus âgé. Ambassadeur, maire, ministre, président de l’Assemblée nationale, chef de l’État… Il a tout fait, tout connu. Pourtant, à 86 ans, il demeure un mystère, y compris pour ceux qui le côtoient depuis des années. On le dit placide et distant, joueur et séducteur. Mais comment comprendre un homme qui ne parle pas, ou si peu, qui s’applique à ne jamais rien laisser transparaître de ses émotions ? Certains disent du silence qu’il est l’arme des puissants. Bédié, lui, en a fait un art.

Le 20 juin, il a officialisé sa candidature à l’investiture du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dont la convention aura lieu à la fin de juillet, trois mois avant la présidentielle. S’il a tenu à entretenir le suspense jusqu’au bout, les jeux étaient déjà faits.

Les 4 et 5 juin, les critères d’éligibilité avaient éliminé une bonne partie des autres prétendants éventuels. Tout s’est fait lors d’un bureau politique dont le déroulement aura parfaitement résumé l’emprise qu’exerce Bédié sur le PDCI, un parti profondément rural, au fonctionnement quasi soviétique. « Quand il convoque un bureau politique ou organise un congrès, c’est qu’il est déjà terminé », analyse un cadre du PDCI.

Les jours précédents, les jeunes loups avaient affûté leurs lames. Les fameux critères d’éligibilité avaient fuité dans la presse. Patrice Kouassi Kouamé, député de Yamoussoukro, et Yasmina Ouégnin, élue à Cocody, ont eu beau crier au scandale, rien n’y a fait. « En vérité, beaucoup étaient en désaccord avec ces critères, explique un baron du parti. Mais – et c’est typique du PDCI – au moment de voter, tout le monde s’est rangé derrière Bédié. Trop de gens lui doivent leur poste. Et puis chez nous, les Akans, on préfère se taire plutôt que d’humilier le chef ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte