Politique

Au Cameroun, la décentralisation lancée par Paul Biya est en suspens

La séance de clôture du Grand dialogue national, le 4 octobre 2019, à Yaoundé.

La séance de clôture du Grand dialogue national, le 4 octobre 2019, à Yaoundé. © GRAND DIALOGUE NATIONAL, Yaoundé, Cameroun, le 4 octobre 2019 © Maboup

Contrarié par la pandémie, le processus d’autonomisation régionale lancé par le président Paul Biya devra attendre une amélioration durable de la situation sanitaire pour reprendre son cours.

Sa parole est d’or, en cela qu’elle est particulièrement rare. Quand le président Paul Biya commence son discours annuel, en ce 31 décembre 2019, chaque Camerounais l’écoute, quasi religieusement. Il faut dire que l’ancien séminariste vient de traverser une bien mauvaise année. Le conflit dans les régions anglophones s’est aggravé, apportant son lot de victimes, de déplacés et de réfugiés. La crise politique née de la présidentielle contestée d’octobre 2018 a divisé le pays entre partisans de Maurice Kamto et fidèles du chef de l’État, sans oublier les querelles entre Bamilékés (majoritairement de l’Ouest et considérés comme des soutiens de l’opposant) et Bulus (Camerounais du Sud vus comme des membres du « système Biya »).

Enfin, autour du « patron », des clans se sont formés avec le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, la première dame, Chantal Biya, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, et le directeur de cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo.

Au terme de cette annus horribilis, le Sphinx d’Etoudi se sait donc attendu. En octobre 2019, il a demandé à son Premier ministre, Joseph Dion Ngute, d’organiser un Grand Dialogue national afin de trouver une solution à la crise qui sévit dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Un message adressé à ses compatriotes mais aussi aux partenaires étrangers, notamment la France et les États-Unis, qui prennent plus ou moins ouvertement leurs distances.

Autonomie accrue, mais pas de fédéralisme

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte