Publi-rédactionnel

Ulrich Spiesshofer : « L’heure de l’Afrique est venue »

ABB est un leader dans les technologies de l’énergie et de l’automation permettant aux services publics, à l’industrie et aux utilisateurs des transports et des infrastructures d’améliorer leurs performances tout en réduisant leur impact sur l’environnement. Le groupe ABB est présent dans une centaine de pays et emploie quelque 140 000 personnes. Cette semaine, son PDG Ulrich Spiesshofer est en visite dans plusieurs pays d’Afrique pour rencontrer les consommateurs et les représentants des gouvernements, afin de développer la place de l’Afrique dans la deuxième phase de la stratégie « Next Level » de l’entreprise, présentée il y a quelques semaines à Londres. Dans l’interview ci-après, il explique pourquoi l’Afrique est un marché à la fois aussi intéressant et important pour ABB.

Article1-img1

ABB : Depuis combien de temps ABB est-elle présente en Afrique ?

ULRICH SPIESSHOFER : ABB est présente en Afrique depuis bientôt un siècle. Notre premier bureau a été ouvert en Egypte en 1926, et nous y avons des activités de fabrication depuis 1979 et en Afrique du Sud depuis 1992. Aujourd’hui, ABB emploie environ 5000 personnes en Afrique.

Quel est le rôle d’ABB en Afrique ?

Les technologies d’ABB ont joué un rôle important dans les infrastructures de l’Afrique, notamment dans les domaines de la production d’énergie et des processus industriels, ainsi que dans les transports, y compris les réseaux ferroviaires et les terminaux portuaires. ABB propose une technologie avantageuse et à la pointe du progrès, qui permet aux pays africains d’optimiser l’utilisation de leurs ressources tout en dépassant les technologies obsolètes, afin de développer des infrastructures modernes, durables et autonomes. ABB investit en permanence dans le personnel, les moyens et les capacités de production en Afrique. Nous sommes actuellement en train de mettre en place de nombreux centres de production et centres d’entretien. Nous sommes convaincus que l’heure de l’Afrique et venue, et nous voulons participer à son développement.

Quel type de tendance voyez-vous dans le secteur africain de l’énergie ?

Nous voyons une tendance constante en faveur d’énergies renouvelables, principalement le solaire et l’éolien. L’un des goulets d’étranglement pour le développement économique et social de l’Afrique réside dans le manque d’accès à l’énergie ainsi que dans l’instabilité de la fourniture d’énergie. Avec la technologie de micro-réseaux d’ABB, les énergies renouvelables peuvent être combinées aux sources d’énergie conventionnelles existantes, que ce soit en réseau ou en îlot. Parallèlement, nous voyons une tendance vers des réseaux interconnectés, pour un transport d’énergie à grande échelle entre les pays. Au plan démographique, l’Afrique sera plus peuplée que la Chine et l’Inde ensemble, en 2040, et nous nous attendons à une augmentation en flèche de la demande d’électricité, liée à l’augmentation des revenus avec le développement économique.

Qu’en est-il de l’industrie pétrolière et gazière en Afrique ?

Le prix particulièrement bas du pétrole affecte les dépenses et les investissements des gouvernements des pays producteurs de pétrole qui n’ont pas encore diversifié leur industrie, mais bénéficie à la majorité des pays en raison du faible prix du pétrole à l’importation et, par conséquent, du moindre besoin de subventions. Cela laisse une certaine marge pour des investissements orientés vers l’avenir dans les infrastructures, dans 48 pays africains sur 54 n’ayant pas de réserves substantielles de pétrole.

Du côté du gaz naturel, de récentes découvertes en Méditerranée et dans l’Océan indien vont entraîner d’importants investissements, qui conduiront à une augmentation significative de la capacité de production d’énergie en Egypte et au Mozambique, ce qui favorisera la diversification industrielle et le développement économique.

La force d’ABB réside dans la réalisation de solutions complètes, comprenant à la fois la production d’énergie et l’automation. Pouvez-vous nous donner quelques exemples de telles solutions combinées réalisées en Afrique ?

ABB propose un portefeuille complet de solutions et de technologies novatrices et efficaces pour augmenter la productivité des ses clients. Pour nos clients en Afrique, comme dans le reste du monde, il n’y a pas de production d’énergie sans automation et vice versa. La combinaison optimale de différentes sources d’énergie et de l’électrification, avec contrôle et automation du processus principal de production, est essentielle pour une utilisation efficace des ressources, une productivité optimale et un développement durable. La modernisation du système d’automation de la centrale hydroélectrique de ZESCO dans la gorge du Kafue, en Zambie, en est un bon exemple. Dans ce cas, le système de commande distribué d’ABB Symphony® Plus, à la pointe du progrès, intègre différents sous-systèmes électriques et offre un niveau de fiabilité et de puissance supérieur à cette installation de production d’énergie capitale pour le pays.

Nous avons investi dans la production locale en Afrique et avons des sites de production à Johannesburg et au Caire. Nous investissons également dans l’ingénierie et employons, par exemple, plus de 1000 personnes dans notre centre d’ingénierie à Alger. Les services représentent une part importante de nos activités et nous développons constamment notre réseau de centres d’entretien à travers le continent, afin d’assurer un soutien efficace à nos clients.

Quels sont, actuellement, les principaux défis pour ABB en Afrique ?

Avec son immense territoire et une population de près d’un milliard d’habitants, des ressources considérables et plusieurs économies parmi les plus dynamiques du monde, l’Afrique est un marché clé pour ABB. Nous sommes en permanence à la recherche d’opportunités pour nous étendre et desservir encore mieux nos clients. Il y a deux clés pour stimuler le développement économique de l’Afrique et permettre à des entreprises comme ABB d’apporter leur soutien à la création d’un avenir radieux pour les populations d’Afrique : continuer de simplifier les conditions cadre pour les entreprises et mettre l’accent sur une éducation de qualité.

Comment ABB contribue-t-elle au développement durable en Afrique ?

Le développement durable fait partie de la stratégie d’entreprise d’ABB et de son succès commercial, et nous nous efforçons d’améliorer sans cesse nos prestations en matière de santé, de sécurité, d’impact sur l’environnement et de prestations sociales au sein de l’entreprise, sur les sites de nos projets et au sein des communautés concernées. Cette semaine, par exemple, je vais inaugurer une Journée technologique ABB à Maputo, au Mozambique, où des experts parleront de sujets liés à l’énergie et aux défis de l’Afrique, et présenteront des technologies ABB telles que les micro-réseaux et la technologie de transmission à courant continue haute tension (HVDC), et expliqueront comment elles peuvent être mises à profit pour électrifier et interconnecter l’Afrique.

Dans un autre projet récent en Zambie, ABB, en collaboration avec CEC (Copperbelt Energy Corporation), participe à une initiative de l’University of Zambia’s School of Engeneering en sponsorisant les équipements les plus récents d’ABB pour une sous-station de formation à l’université. Parallèlement, chaque année, ABB permettra à deux étudiants méritants de passer deux ans dans une installation de production d’ABB dans le monde afin d’acquérir une expérience pratique. Nous allons également envoyer des spécialistes à l’Université de Zambie pendant une semaine par an, pour présenter des conférences sur des sujets sélectionnés tels que les micro-réseaux et les technologies solaires.

Pour en savoir plus, visitez le site web pour nos solutions microgrids de ABB

Fermer

Je me connecte