Coup d’État au Mali

Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné dans la nuit du 18 au 19 août, après avoir été arrêté par des militaires au terme d’une journée de tensions qui avait démarré par une mutinerie au camp de Soundiata-Keïta, à 15 km de Bamako. L’Assemblée nationale a également été dissoute. Les putschistes ont annoncé la création d’un « Comité national pour le salut du peuple » et affirmé leur volonté de mener une transition politique, promettant des élections « dans un délai raisonnable ». Retrouvez tous nos articles sur l’évolution de la situation.

Tous les articles associés

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital

Puis 9,99€/mois, sans engagement

Payez une fois par an et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !