Universités

Formation au Maroc : pourquoi le royaume abandonne le système LMD au profit du bachelor à l’université ?

Par  | 

Avec l’adoption du bachelor dès la rentrée universitaire 2020, le royaume veut donner un coup de boost à l’enseignement supérieur et rendre ses étudiants plus compétitifs sur la scène internationale.

Dès la rentrée universitaire 2020, tous les marocains entrant en première année d’université seront soumis au régime du Bachelor, un modèle inspiré par les pays anglo-saxons et qui s’étale sur quatre années d’études universitaires. Il va ainsi mettre fin de manière progressive, au système « licence master doctorat » (LMD) en vigueur depuis 2004.

Ce changement va permettre de « s’arrimer aux standards internationaux » a tweeté mi-janvier, Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

« Cette réforme est en l’état une bonne chose » confie à Jeune Afrique Hassan El Mokhtari, représentant délégué du Cnam au Maroc. Selon lui, le système LMD n’est pas en adéquation avec le marché du travail actuel car « trop théorique ». Une étude du Haut commissariat au plan rapporte qu’en 2016, plus de 25 % des titulaires d’une licence des universités à accès ouverts étaient au chômage.

Adéquation au marché du travail

Le bachelor sera un cursus composé de plusieurs modules que chaque étudiant devra valider sous quatre années afin d’obtenir les 240 crédits nécessaires pour obtenir le diplôme.

 « Le système actuel et le Bac + 3 n’est pas suffisant pour former à un métier » juge Iliya Komarez, directeur général de l’EM Lyon Casablanca. Il juge que celui-ci est en concurrence avec d’autres formations techniques hors des champs universitaires.

Diplômé en comptabilité, le dirigeant assure que « dans cette discipline, on peut se former en un an via une formation technique. On y sort plus opérationnel qu’un étudiant qui a suivi une licence de comptabilité à l’université ».

Alors avec l’introduction de cette réforme, le gouvernement souhaite faire de l’insertion professionnelle des étudiants en fin de cursus l’une de ses prérogatives. Pour ce faire, le système bachelor va instaurer le projet de fin d’étude (PFE), considéré comme le volet majeur de la réforme. Celui-ci intervient en 3ème et 4ème année. Il permet à l’étudiant de suivre ses semestres 7 et 8 soit sous forme de stage professionnel, d’étude sur le terrain ou encore de création d’entreprise.

Ce volet est crucial selon Hassan El Mokhtari car il « propose un cadre incitatif aux entreprises en les incluant dans le fonctionnement du système universitaire ». En se familiarisant avec le monde du travail, les étudiants seront aptes à travailler dès la fin de leurs formations. Les cursus vont également renforcer la maîtrise de langues étrangères des étudiants marocains en leur délivrant des certificats dans ce domaine.

La motivation des enseignants est très importante pour porter un changement de ce genre. Si les choses se passent autrement, les contenus pédagogiques seront appauvris. »

Puis, l’accent sera mis sur un aspect aujourd’hui prisé par les entreprises : les compétences comportementales comme la créativité ou l’intelligence émotionnelle, aussi appelées soft skills. Enfin, la culture générale va être renforcée en permettant aux étudiants d’avoir la liberté de choisir des matières aussi bien en sciences qu’en littérature comme dans le modèle américain.

Une réforme nécessaire mais accélérée

Au Maroc,enseignants et syndicats s’accordent à dire qu’il faut profondément réformer le système universitaire qui est à bout de souffle. C’est entre autres le cas de Mohamed Bouansr, Vice-secrétaire général du syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESUP). Le ministère de l’Enseignement supérieur appuie cet argument en déclarant que 47,2% des universitaires abandonnent leurs études sans aucun diplôme. 

Par ailleurs, la rapidité avec laquelle la décision a été prise provoque des mécontentements. Contacté par Jeune Afrique, Mohamed Bounasr déplore un manque de concertation : « Les enseignants n’ont pas été convié à donner leur point de vue. Il est annoncé que la mesure va entrer en vigueur dès la rentrée prochaine. Alors, il faut très vite associer les départements et les conseils d’université. La motivation des enseignants est très importante pour porter un changement de ce genre. Si les choses se passent autrement, les contenus pédagogiques seront appauvris. »


La destination France boudée ?

Alors que la mobilité internationale des étudiants avec le Bachelor fait partie de l’une des motivations du ministère de l’Éducation, il risque néanmoins de susciter l’effet inverse auprès de la France, partenaire historique du royaume.

En 2017, les étudiants marocains étaient environ 40 000 – représentant 12% des étudiants – à étudier dans l’Hexagone. Qu’en sera-t-il avec ce nouveau système ? Si côté français l’on préfère rassurer en avançant que l’Hexagone accueille nombres d’étudiants issues de système anglo-saxons, force est de constater que les étudiants américains, britanniques et autres étudiants en France sont pour la plupart sous le coup d’un système d’échanges inter-universitaires.

A contrario, les étudiants marocains souhaitant étudier en France dans les années à venir risquent d’être confrontés au problème lié à la validation de leurs acquis. En effet, un étudiant en 3ème année au Maroc peut se voir rétrograder s’il veut postuler en France et vice-versa.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Côte d'Ivoire

| Institutions-ONG

Pour le Centre Régional d’Excellence contre la Faim et la Malnutrition (CERFAM) basé à Abidjan Côte d’Ivoire, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) recherche :

UN(E) DIRECTEUR(TRICE) D1

MISSIONS à la tête d’une équipe pluridisciplinaire et multiculturelle, le (la) Directeur(trice) devra assurer le développement des activités du CERFAM pour la promotion des bonnes pratiques contre la faim, la malnutrition et l’assistance technique aux différentes parties prenantes grâce à la création de partenariats, à la coopération sud-sud et au renforcement des capacités. RESPONSABILITES • Développement de partenariats et représentation officielle du centre. • élaboration et implémentation de la stratégie de développement. • Mise en œuvre de la stratégie et garantie des livrables de qualité. • Supervision de la gestion efficace et efficiente du centre. PROFIL REQUIS • Diplôme universitaire supérieur en économie, développement international, sciences sociales ou autre domaine pertinent, diplôme universitaire avec une expérience pertinente supplémentaire. • Maîtrise obligatoire du français et de l’anglais (niveau C). • Treize années ou plus d’expérience professionnelle de haut niveau (dont au moins six années à un niveau international) dans un domaine de travail pertinent, et orienté vers l’humanitaire international et le développement. • Excellente expérience à la tête d’équipes multiculturelles et dans l’amélioration des performances. • Expérience de travail souhaitable dans les interventions de sécurité alimentaire et de nutrition en Afrique de l’Ouest et du Centre. • Expérience souhaitable dans la collaboration avec des organismes régionaux et des gouvernements. DATE DE CLÔTURE : 08 Novembre 2020 Plus de DETAILS sur cette offre d’emploi sur le site du PAM : https://www.wfp.org/careers/job-openings « IMPORTANT : Les candidatures doivent être soumises UNIQUEMENT en anglais. Veuillez-vous assurer de fournir un CV en anglais et de répondre aux questions du processus de candidature en anglais uniquement. » WFP
2020-10-21 10:17:31
full-time
International

| Institutions-ONG

logo wb

          Accountability Mechanism Secretary

  The WBG is one of the largest sources of funding and knowledge for developing countries; a unique global partnership of five institutions dedicated to ending extreme poverty, increasing shared prosperity and promoting sustainable development. With 189 member countries and more than 120 offices worldwide, we work with public and private sector partners, investing in ground-breaking projects and using data, research, and technology to develop solutions to the most urgent global challenges. For more information, visit www.worldbank.org On March 5, 2020, the Board of Executive Directors at The World Bank approved measures to enhance the World Bank’s accountability system by establishing a new independent Accountability Mechanism (‘AM’) housing the dispute resolution and compliance functions while preserving the Inspection Panel members’ independence. The approved measures led to the creation of the Accountability Mechanism Secretary position. This is a vital position within The World Bank, that requires potential candidates to have:
  • Strong knowledge in the areas of dispute resolution, arbitration and/or accountability, within similar or related organisations with a strong focus on Environmental & Social issues.
  • A deep understanding of the development sector and related challenges, with an ability to navigate complex organisations and systems.
  • A proven record as a strong leader in the accountability arena, with gravitas and change management experience.
  • A pragmatic, unbiased and independent thinker with a diplomatic approach, capable of engaging with a wide range of stakeholders.
  • Strong relationship management and soft skills
The AM Secretary will be responsible for planning and overseeing the processes of the Accountability Mechanism in line with agreed procedures. S/he will also oversee the Dispute Resolution Service (DRS). All staff of the Accountability Mechanism will report to the Accountability Mechanism Secretary with the exception of the Inspection Panel (‘IPN’) members. IPN staff will report to the AM Secretary on administrative matters but will continue to report to the IPN members on technical matters. The administrative functions of the Panel will be transferred to the AM Secretary. The AM Secretary will work with the IPN to prepare and submit the AM annual budget proposal for Board’s consideration. The AM Secretary will be appointed by and report directly to the Board.  The World Bank is recruiting an AM Secretary to implement the Board-approved measures, which are expected to be effective before the end of 2020 as agreed by the Board. Duties and Responsibilities: As head of the Accountability Mechanism, the AM Secretary is expected to:
  • Provide thought leadership and direction to the Accountability Mechanism team. S/he will establish internal operating procedures or guidelines with CODE guidance and oversee the attainment of objectives and goals.
  • Establish and manage the Accountability Mechanism’s work program, budget and staffing.
  • Oversee all administrative matters regarding the Accountability Mechanism, including the Dispute Resolution Service and the Inspection Panel. S/he will consult with the Panel Chair on matters related to compliance, including the appointment and performance reviews of the Inspection Panel staff as well as the allocation and oversight of the Panel budget.
  • Prepare and submit annual itemized budgetary requirements for the AM Secretary office, the Inspection Panel and the Dispute Resolution Service for consideration by the Board’s Committee on Development Effectiveness and Budget Committee and approval by the Board. For the Inspection Panel’s budget s/he will consult with the Panel Chair.
  • Oversee record keeping across the entire Accountability Mechanism.
  • Consult with the Board and the Legal Vice Presidency as appropriate, regarding questions on the interpretation of policies as applicable to the role of the Accountability Mechanism and the Dispute Resolution Service, if needed.
  • Meet with the Executive Directors to inform them about the activities of the Accountability Mechanism and the Dispute Resolution Service, as needed. Produces reports for the Board, as needed.
  • Hire front office and Dispute Resolution Service staff and consultants as needed in accordance with World Bank policies and procedures within the available budget. Hire Inspection Panel staff in consultation with the Panel Chair.
  • Take accountability for gathering, managing and disseminating best practices and knowledge with his/her team to promote effective teamwork and delivery of services.
  • Mentor and conduct regular check-ins as well as annual performance reviews for the staff. Ensure staff have the required skills and up-to-date training. The performance review of the compliance staff will be conducted in coordination with the Panel Chair.
  • Approve front office and Dispute Resolution Service staff work programs and administrative matters, including leave requests, mission travel, and business-related expenses.
  • Intervene and resolve any issues arising from the interaction and synergies between the Accountability Mechanism, dispute resolution and compliance staff in their respective areas of responsibilities.
  • Oversee the compilation of a pool of qualified, independent mediators with varying backgrounds and expertise.
  • Review and monitor the status of all Dispute Resolution Service cases, ensuring time frames are met, ensuring quality control and the integrity of the Accountability Mechanism process.
  • Ensure the integrity and quality of the reports, except for those related to compliance investigations handled by the Panel, issued by the Accountability Mechanism.
  • Ensure adherence by the entire Accountability Mechanism to pertinent administrative and personnel rules and the adoption of proper workplace practices and behaviours.
  • Lead in representing the Accountability Mechanism at public events, including internal events and workshops explaining the work of the mechanism to relevant stakeholders.
  • Ensure maintenance and updating of the Accountability Mechanism website, inclusive of the public registry, as well as maintenance of an archive system.
  • World Bank Group-wide managerial competencies include: (i) leading the team for impact; (ii) courage of your convictions; (iii) influencing across boundaries; (iv) fostering openness to new ideas; and (v) building talent for the future.
  Qualifications and Experience Education
  • Must have an advanced degree (master’s or equivalent) in a relevant discipline (e.g., law, governance, public administration, business administration, sociology, anthropology, economics, environmental studies, international relations, or other fields relevant to international development).
Experience
  • A successful candidate will have between 15-20 years of relevant experience in positions of increasing complexity and responsibility.
  • Proven leadership and management skills, including the management of human and financial resources.
  • Demonstrated track record of leading and managing change, stakeholder engagement and relationship management. The successful candidate needs to successfully navigate the organization, build strong relationships, manage conflicts, and work collaboratively with internal and external clients.
  • Understanding of and experience in international development and multilateral financial institutions required.
  • Knowledge of and experience with other independent accountability mechanisms is valuable.
  • Demonstrated integrity and independence. Ability to deal objectively, impartially, and efficiently with the requests brought to the Accountability Mechanism.
  • Demonstrated results orientation. Proven ability to formulate objectives, set priorities, identify and optimize the use of resources, and drive results.
  • Excellent interpersonal skills and proven team- and consensus-building ability required. Ability to work and incorporate diverse views from stakeholders.
  • Understanding and experience of dispute resolution practices, including mediation, dialogue, assisted negotiation, and collaborative, consultative and participatory processes.
  • Exposure to diverse cultures and experience of working with /in developing countries is desirable.
Terms of Appointment: This is a full-time position with the successful candidate being contracted for a term of five-years. How to apply: If you wish to be considered for this position, please forward a copy of your CV in Microsoft Word format, along with any relevant documentation to worldbank-AMS@sri-executive.com on or before November 6th, 2020. Please visit the following link- https://www.sri-executive.com/opportunities/ to view the full details.   Poverty has no borders. Neither does excellence. This is why we continually search for qualified individuals with diverse backgrounds from around the globe. We are proud to be an equal opportunity and inclusive employer with a dedicated and committed workforce. Accountability Mechanism Secretary
2020-10-15 14:09:54
full-time
Togo

| Banque-Finance-Assurance

Africsearch Togo recrute pour la Banque Ouest Africaine de Développement dans le cadre du renforcement de son équipe

UN ASSISTANT EXECUTIVE BILINGUE (H/F)

Finalité du poste Assurer un soutien proactif au Président de la Banque en coordonnant et rationalisant le flux de travail administratif de la Présidence. Garantir l’efficacité des activités quotidiennes et anticiper les besoins, en faisant preuve de flexibilité, de rigueur et d’organisation. Missions Principales et Activités : Le Cadre Assistant Executive Bilingue a pour missions principales et activités : D’assurer la gestion de l‘agenda et de la communication du Président Gérer l’Agenda et les communications du Président De participer au traitement et à la production des documents du Président Assurer la gestion et le suivi des flux de documents Produire et assurer le traitement des documents produits par le Président Autres activités Gérer le stock de fournitures et les équipements de bureau de la Présidence Qualifications et profil du poste :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire ou professionnel équivalent au Bac + 5 dans les domaines de la Gestion des Affaires, du Commerce, de l’Administration ou dans une discipline connexe ;
  • Avoir une expérience professionnelle pertinente de cinq (5) ans minimum et pratique dans les fonctions d’appui au sein d’une institution internationale avec des compétences linguistiques avérées, une capacité à concevoir et à élaborer des documents à partir de consignes orales ou écrites ;
  • Avoir une très bonne maîtrise du pack office (Word, Excel, PowerPoint) et bureautique ;
  • Être parfaitement bilingue (Anglais /Français).
 Compétences Requises :
  • Avoir des notions de base de gestion opérationnelle de l’entreprise ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de gestion administrative appliquées aux organisations, le développement et l’application des méthodes et outils de planification administrative ;
  • Avoir la maîtrise de la gestion de l’information et des circuits internes de l’information ;
  • Avoir des notions de base sur les systèmes d’informations, la logistique et la sécurité ;
  • Avoir la maîtrise de la conception, la rédaction de documents officiels d’actes de procès-verbaux et de compte rendus de réunion ;
  • Avoir la maîtrise des procédures internes et des formulaires de la BOAD ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de Communication et Relations Interpersonnelles ;
  • Avoir la maîtrise de l’Environnement Economique et Bancaire et Financier ;
  • Avoir la maîtrise des méthodologies de résolution de problèmes ;
  • Connaissance de la BOAD ;
  • Organisation personnelle et gestion du temps.
Aptitudes clés :
  • Sens de la confidentialité et discrétion
  • Gestion des priorités
  • Autonomie et attention aux détails
  • Aisance relationnelle
  • Bonne qualité rédactionnelle
  • Réactivité et flexibilité pour apporter le soutien nécessaire à tout moment
 Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur CV, lettre de motivation, copie des diplômes à partir du BAC en indiquant les références du poste à pourvoir à l’adresse : infotg@africsearch.com   Date limite de dépôt des candidatures le 26 Octobre 2020 à 18 H 00 H TU N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail. Retrouvez le descriptif du poste sur www.africsearch.com /http://www.boad.org  
Africsearch  
2020-10-12 13:25:31
full-time
Fermer

Je me connecte