Universités

[Tribune] L’université sénégalaise s’embourbe-t-elle ?

Par  | 

Constatant la concurrence croissante entre établissements d'enseignement supérieur publics et écoles privées, le sociologue Jean-Alain Goudiaby en appelle à une "gestion assainie" de l'université sénégalaise et plaide pour des transformations "voulues" plus que "subies".

Cette tribune a initialement été publiée sur le site de The Conversation.

Par Jean-Alain Goudiaby, Sociologue et enseignant-chercheur à l’Université Assane Seck de Ziguinchor.

Les universités sénégalaises produisent des diplômés et des recherches qui peuvent être de grande qualité. Toutefois, ces établissements connaissent des difficultés plus ou moins importantes en fonction de leur structuration, de leur gouvernance ou encore de l’évolution globale du système d’enseignement supérieur et de recherche.

Ces difficultés résultent de la combinaison de plusieurs facteurs : l’accroissement du nombre d’étudiants, passé de 93 866 en 2012 à 190 145 en 2018, dont 35 % dans le privé ; la restructuration du marché de l’emploi ; les évolutions des législations et de l’environnement physique et social, etc.

L’offre de formation demeure très éclectique et inégale, selon les territoires et les domaines disciplinaires. »

On dénombre aujourd’hui huit universités publiques au Sénégal. Cette offre est complétée par les instituts supérieurs d’enseignement professionnel. Le premier, celui de Thiès, est déjà en fonctionnement ; les quatre autres sont prévus pour la rentrée 2020. À, cela s’ajoutent, selon la Direction générale de l’Enseignement supérieur (données d’enquête), plus de 300 instituts et universités privés. Ces derniers sont créés soit par des promoteurs nationaux ou étrangers, soit appartiennent à un réseau transnational, soit sont une filiale d’un établissement étranger. En somme, l’offre de formation demeure très éclectique et inégale, selon les territoires et les domaines disciplinaires. L’offre reste principalement concentrée à Dakar et dans les villes de Saint-Louis, Thiès, Ziguinchor. Les formations du tertiaire sont majoritairement dispensées dans les instituts privés, alors que les sciences humaines et sociales (SHS), les sciences et technologies ou encore la médecine sont présentes dans le public.

Le défi de la gouvernance des universités

Les universités publiques au Sénégal ont vu le jour autour des années 1960 avec l’ambition de se construire en rupture avec le modèle colonial. Des aménagements de programmes ont été tentés dans certaines facultés. Toutefois, le contexte économique et politique n’a pas toujours été favorable.

De plus, la gouvernance interne a fait parfois défaut et les recteurs, premières autorités de l’université, n’ont pas toujours su traduire en actes concrets les directives nationales. C’est là, parfois, la différence entre les universités publiques et entre le public et le privé.

Dans le dispositif des universités privées, en effet, la place de l’État est réduite à son strict minimum, à savoir les agréments pour l’ouverture, compte non tenu de la forte présence des enseignants des universités publiques pour faire exister certaines formations dispensées dans ces établissements privés, ainsi que les travaux de recherche qui y sont menés. Le mode de gouvernance des universités privées permet de renforcer leur présence sur le marché des formations tout en bénéficiant d’une souplesse plus adaptée à la rapide évolution des espaces de formation.

L’État sénégalais, […] n’a pas toujours une vision claire de la gouvernance des universités et des changements qui s’y produisent. »

Les universités publiques, de leur côté, doivent promouvoir leurs intérêts particuliers face à la concurrence nationale et internationale tout en assumant leur rôle de service public.

L’État sénégalais, malgré sa volonté affirmée d’améliorer le secteur ou d’éviter son enlisement, n’a pas toujours une vision claire de la gouvernance des universités et des changements qui s’y produisent. Le fait, par exemple, de vouloir orienter tous les bacheliers de 2019 vers des universités publiques sans étude prospective préalable en est une belle preuve. D’ailleurs, les universités ont elles vocation à accueillir tous les bacheliers, quel que soit leur projet professionnel ou de vie ?

De même, on peut considérer que l’assujettissement des recteurs au pouvoir politique et aux autres pouvoirs internes peut mettre à mal l’autonomie dans la gestion. On peut analyser les activités du personnel administratif technique et de service comme la résultante de leur dépendance vis-à-vis de l’autorité des recteurs. Cela est d’autant plus vrai qu’une bonne partie de ce personnel peut être choisie par le recteur. Ces différents choix, ainsi que les orientations prises ou non, ont des conséquences sur la marche optimale de l’institution.

Des réformes qui peinent à être mises en œuvre

Les politiques relatives à l’enseignement supérieur et à la recherche connaissent régulièrement des réformes qui cherchent soit à concrétiser les réformes précédentes, soit à poser les bases d’autres transformations, jugées plus adaptées. C’est ainsi qu’en 2013 s’est tenue à Dakar la Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur. Il en a résulté 78 recommandations qui doivent aider à réorienter la politique d’enseignement supérieur et de recherche.

Des enseignants, en grève depuis plus d’un mois pour exiger de meilleures conditions, manifestent près de l’Université de Dakar le 18 janvier 2012. Un an plus tard en 2013, la Concertation nationale sur l’avenir de l’éducation supérieur sera initiée et débouchera sur la proposition de 78 recommandations. Seyllou/AFP

Cette Concertation a porté sur le pilotage de l’enseignement supérieur, sur l’accès et la qualité des formations, sur le financement et les liens entre les formations, le marché du travail et le service à la communauté, sur l’internationalisation, la recherche et l’innovation. En cherchant à réorienter les formations vers les STEM (acronyme de science, technology, engineering and mathematics) et à mieux articuler ces formations avec le monde du travail, les responsables de la Concertation ont voulu retirer le sable de l’engrenage des universités.

Pour la Concertation nationale pour l’avenir de l’enseignement supérieur, il convient d’approfondir la « professionnalisation » des formations. Cette approche se justifie foncièrement par les exigences des politiques de développement et du marché du travail. Ce dernier exige des étudiants une aptitude professionnelle : ils doivent être opérationnels dès leur sortie de l’université. Or cela ne semble pas être le cas pour les diplômés issus des cycles de l’enseignement général, qui représentent l’essentiel des formations dispensées. C’est ainsi que les instituts supérieurs d’enseignement professionnel pourraient être l’une des solutions, si le modèle est sauvegardé.

Aujourd’hui, malgré les directives présidentielles prises à l’issue de la Concertation nationale, malgré les contrats de performance qui étaient une occasion de renforcer la politique gouvernementale, les universités peinent à consolider les progrès réalisés, tant la mise en œuvre des réformes se confronte à une gouvernance faible.

Il y a quelques années, pour parler de la présence simultanée d’acteurs publics et privés dans l’enseignement supérieur, on utilisait volontiers le terme de « coexistence ». […] Mais dernièrement, la coexistence a progressivement laissé la place à la concurrence. »

Cela s’explique, entre autres, par le faible engagement de certains responsables pour la cause institutionnelle et par la méconnaissance des publics accueillis (les étudiants notamment) et des liens qu’il faut construire avec le monde économique, tant pour l’insertion professionnelle des apprenants que pour le service à la communauté.

Vers un partenariat public-privé ?

Le Sénégal s’était lancé dans une politique de libéralisation de l’enseignement supérieur – un domaine qui, jusqu’en 1995 était du domaine exclusif de l’État. Celui-ci a renoncé à être le seul fournisseur de formations supérieures mais s’est efforcé d’en rester le seul garant (conservant notamment le contrôle des processus de certification et d’accréditation à travers l’Autorité nationale d’assurance qualité).

Il y a quelques années, pour parler de la présence simultanée d’acteurs publics et privés dans l’enseignement supérieur, on utilisait volontiers le terme de « coexistence ». Derrière ce vocable, il y avait l’idée de complémentarité. En 2012-2013, le gouvernement du Sénégal avait pris l’option de payer la scolarité de milliers d’étudiants dans les instituts privés. Mais dernièrement, la coexistence a progressivement laissé la place à la concurrence.

Les instituts privés ont globalement meilleure presse, avec des coûts de formation très variables. Sans mettre en parallèle taux de réussite et frais de scolarisation, il est tout de même notable que la gratuité de certains services puisse être associée au faible engagement des bénéficiaires (étudiants et enseignants). Or, l’engagement ou l’exigence peuvent s’avérer utiles dans la construction d’une formation de qualité, entendue comme pertinente, opérationnelle et à vocation territoriale.

Au même moment, pour faire face à cette concurrence, les universités publiques valorisent des formations payantes et les fonctions de service (services supplémentaires que propose l’université : expertise, formations, location de salles…). Ces activités génèrent des ressources supplémentaires pour les budgets des établissements. Cette nouveauté vise non seulement à satisfaire des besoins économiques et de développement – l’université considérée comme étant au service de la société – mais également à renforcer les capacités financières (plus de certaines composantes de l’université que de l’institution dans sa globalité).

Certains changements ou transformations que vivent les universités, tels que la gestion axée sur les résultats, ouvrent des perspectives favorables. »

Ce qui est certain, c’est que l’enseignement supérieur est de plus en plus partagé entre les secteurs public et privé (en termes d’offre de formation), avec une ligne de démarcation qui est rarement nette : public et privé se réorganisent et redéfinissent leur interdépendance. L’implication des secteurs économiques productifs au sein des universités publiques demeure un véritable enjeu.

Certains changements ou transformations que vivent les universités, tels que la gestion axée sur les résultats, ouvrent des perspectives favorables. D’autres, comme la mise en œuvre de la réforme LMD, sont à l’origine de difficultés plus grandes encore pour le Sénégal, d’autant plus que le système est faiblement doté en ressources et en compétences de gestion et de gouvernance.

Pour éviter l’enlisement, les universités sénégalaises devraient beaucoup moins faire l’objet de changements « induits » (correspondant aux conséquences des transformations antérieures) et ne subir, dans la mesure du possible, que des changements « conduits », c’est-à-dire voulus.

Les universités sénégalaises ont besoin, pour faire face aux enjeux de gouvernance et de développement, d’une gestion assainie et de l’implication de tous les acteurs concernés tout au long du processus de changement. C’est la condition préalable pour éviter l’enlisement et construire des universités performantes.

The Conversation

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

USA

IMF: Mid-Career Program for Experienced Economists  The IMF is inviting applications from Experienced Economists to join the Mid-Career Pipeline - an initiative to build a competitive pool of ready-to-hire Macroeconomists for positions across the Fund. As an IMF Economist, you will:
  • Join one of the largest teams of economists focused on macroeconomics anywhere in the world.
  • Contribute to a wide range of challenging policy issues that span different branches of economics by providing analysis, policy, and program design, and capacity development to help our member countries address their specific economic challenges.
  • Work from our headquarters in Washington DC to build collaborative relationships with colleagues across the IMF, as well as with key institutions, authorities, and leaders around the world to develop creative solutions to evolving global economic challenges.
Minimum Qualifications We are seeking experienced macroeconomists from around the world who have:
  • An advanced degree (Master’s/PhD) in macroeconomics or a related field such as monetary economics, financial economics, public finance, international trade, or econometrics.
  • Relevant professional experience at the national and regional levels in macroeconomic policy, fiscal policy, quantitative techniques, and country surveillance, usually gained in a central bank, ministry of finance, or international financial institution. Experience in a research institute or academia is also acceptable if it is combined with some exposure to macroeconomic policy making. Specific credentials are:
      • PhD with three to ten years of relevant work experience
      • Master’s with seven to fourteen years of relevant work experience
    • Demonstrated proficiency in quantitative modeling and econometrics to support analysis and policy formulation.
    • Strong interpersonal, communications and writing skills, and excellent written and oral communication skills in English. Working proficiency in Arabic, French, Portuguese, or Spanish is a plus.
    • Ability to deal effectively and diplomatically with member country authorities.
      • In addition, we are keen to hear from economists with expertise in macro-critical climate-related policy work interested in joining teams contributing to the implementation of the Fund’s policy work related to climate change and its integration into macroeconomic frameworks.As the Fund strengthens our engagement with fragile and conflict-affected states (FCS) and helping countries to exit from fragility, we welcome applications from macroeconomists passionate about working on Low Income Countries and Fragile States.We are keen to hear from adaptable, talented, and technically competent candidates who are curious and can find creative ways to address today’s global economic challenges. If you are interested in being part of a team that contributes to promoting economic stability on a global stage, we welcome your application. The IMF is committed to achieving a diverse staff, including gender, nationality, culture and educational background. Qualified candidates across East Asia, Sub-Saharan Africa and the MENA region, especially women, are encouraged to apply.  For more information and to apply, please visit http://tiny.cc/IMFMidCareer2021  Application Deadline: October 17, 2021 FMI
2021-10-06 12:27:15
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance
INTITULÉ DU POSTE :   DIRECTEUR, DÉPARTEMENT CHARGÉ DU GENRE, DES FEMMES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE
COMPLEXE :   DÉVELOPPEMENT AGRICOLE, HUMAIN ET SOCIAL, AHVP
DÉPARTEMENT/DIVISION :   GENRE, FEMMES ET SOCIÉTÉ CIVILE, FRONT OFFICE,AHGC0/AHGC
GRADE :   EL5
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :   VP CHARGÉ DU DÉVELOPPEMENT AGRICOLE, HUMAIN ET SOCIAL, AHVP
LIEU D’AFFECTATION :   ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATIONS SUR LE POSTE :   CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de la soumission de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG.
        No SAP :     CE POSTE A DEJA ETE PUBLIE. LES CANDIDATS QUI ONT DEJA POSTULE A CE POSTE NE DEVRAIENT PAS REAPPLIQUER.   50092407
DATE DE CLÔTURE :   20 octobre 2021 (à minuit - GMT)
Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/poste-vacant/directeur-departement-charge-du-genre-des-femmes-et-de-la-societe-civile-45877
LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et avoir un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5) dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration régionale et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. LE COMPLEXE : La Vice-présidence chargée du « développement agricole, humain et social » est un complexe sectoriel axé sur les objectifs prioritaires « Nourrir l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations africaines » des High 5 de la stratégie décennale de la Banque. Le complexe poursuit les objectifs suivants : i) élaborer des politiques et des stratégies ; ii) fournir une expertise sectorielle pointue aux régions, en constituant une réserve de personnes expérimentées pouvant être consultées pour leur expertise sur les transactions complexes ; iii) mettre au point de nouveaux instruments de financement ; iv) servir de porte-parole de la Banque en la représentant auprès des parties prenantes externes sur les aspects liés aux priorités « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ». LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE : Rattaché au Complexe AHVP, le département chargé du Genre, des Femmes et de la Société civile a pour mission d’améliorer la cohérence et la coordination, entre les complexes, des questions liées au genre et à l’engagement de la société civile. Le Département veille à ce que les priorités stratégiques guident l’affectation des ressources, améliore la surveillance et la gestion des performances et renforce l’accent mis sur les résultats. Il supervise également un certain nombre d’initiatives spéciales, notamment l’Initiative Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA), un programme phare de la Banque qui vise à combler le déficit de financement qui affecte les femmes en Afrique et à libérer la capacité entrepreneuriale des femmes à travers le continent. LE POSTE : Sous la supervision générale du Vice-président chargé du développement agricole, humain et social, le Directeur du département chargé du Genre, des Femmes et de la Société civile est responsable de la mise en œuvre stratégique des objectifs que poursuit le Département. PRINCIPALES FONCTIONS : ·         Apporter un leadership intellectuel et stratégique au programme du Groupe de la Banque axé sur le genre, les femmes et la société civile, en dépassant les frontières techniques, géographiques et institutionnelles pour soutenir la mise en place de solutions de développement destinées un large éventail de clients. ·         Superviser la mise en œuvre de l’initiative AFAWA à l’échelle de la Banque, en partenariat avec les partenaires internes et externes concernés, avec un fort engagement dans la conception d’outils financiers et de méthodes innovantes pour assurer l’inclusion financière. ·         Développer des instruments financiers innovants et de qualité supérieure, conformes aux normes des banques commerciales, afin de promouvoir l’accès des femmes aux mécanismes de financement et d’investissement. ·         Conclure des partenariats avec les parties prenantes internes et externes et s’entendre aux plus hauts niveaux pour coordonner et mobiliser des ressources afin d’atteindre les objectifs stratégiques du Groupe de la Banque. ·         Diriger la mise en œuvre du cadre stratégique du Groupe de la Banque sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes, en veillant à l’intégration des questions de genre dans le portefeuille du Groupe, dès la conception des projets et tout au long de leur mise en œuvre, notamment grâce aux mécanismes de suivi et d’évaluation. ·         Diriger la mise en œuvre du cadre stratégique du Groupe de la Banque sur l’engagement de la société civile, pour institutionnaliser le partenariat stratégique avec les secteurs, dès le lancement du dialogue politique et tout au long la mise en œuvre des projets. ·         Élaborer une série d’études et de travaux économiques et sectoriels à fort impact sur le genre, les femmes et la société civile pour soutenir le dialogue politique et les services de conseils en se basant sur des données probantes. ·         Assurer la coordination des relations entre le Groupe de la Banque et les partenaires extérieurs afin de renforcer la collaboration et de partager les meilleures pratiques en matière d’égalité des genres, d’autonomisation des femmes par le biais de la promotion de l’entrepreneuriat féminin, d’accès aux services financiers et d’engagement de la société civile en Afrique et dans le monde. ·         Conseiller le Groupe de la Banque sur les questions émergentes d’importance stratégique, politique et institutionnelle liées au programme axé sur le genre, les femmes et la société civile dans ses différentes activités. QUALIFICATIONS (compétences, expérience et connaissances) : ·         Être titulaire d’au moins un Master dans le domaine du genre, du développement économique, de l’administration des affaires, de la gestion ou dans toute autre discipline pertinente. ·         Avoir une solide expérience dans le domaine des banques commerciales ou de services bancaires d’investissement en Afrique. ·         Justifier d’au moins dix (10) années d’expérience à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés au sein d’une organisation internationale ou d’une institution similaire dans le secteur des services financiers, dans des banques commerciales ou d’investissement, dans le milieu universitaire ou encore dans des organes de la société civile, avec de préférence cinq (5) ans d’expérience à des postes de direction. ·         Avoir une solide connaissance et une bonne maîtrise des enjeux socioéconomiques et de développement en Afrique. ·         Être capable de prendre des risques opérationnels mesurés, de développer des approches innovantes et de prendre des décisions efficaces, opportunes et éclairées. ·         Être au fait des pratiques des principales agences de développement bilatérales et multilatérales dans les pays africains ou d’autres pays en développement. ·         Avoir une expérience dans la coordination ou la direction de missions opérationnelles au-delà des frontières institutionnelles. ·         Savoir établir et entretenir des réseaux et des partenariats avec un large éventail de parties prenantes internes et externes. ·         Démontrer de solides qualités de chef de file et afficher une feuille de route opérationnelle d’excellence en matière d’obtention de résultats. ·         Pouvoir travailler de manière autonome, faire preuve de créativité, d’innovation et d’un haut niveau d’intégrité. ·         Être doté de compétences avérées en matière de leadership et de consolidation d’équipe et être en mesure de travailler dans un environnement multiculturel. ·         Être capable de communiquer efficacement en anglais ou en français. La connaissance pratique de l’arabe est un atout. ·         Maîtriser l’utilisation d’applications logicielles courantes de MS Office, notamment Word, PowerPoint, Access et Excel. Une connaissance de SAP serait un atout.  
Seuls les candidats qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenus pour les entretiens seront contactés. Les candidats devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis (photocopie de diplôme, etc.). Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances et les candidatures féminines sont vivement encouragées. http://www.afdb.org Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucuns frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt ou traitement de la candidature, entretien d’embauche, etc.). En outre, la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité pour des publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, en général, pour l’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que la Banque ne prend pas en compte la double nationalité des candidats. Par conséquent, vous êtes tenu d’indiquer la nationalité que vous souhaitez que la Banque prenne en considération tout au long de votre carrière (en cas d’embauche). Veuillez transmettre vos pièces d’identité émises par les autorités compétentes, telles que votre passeport ou votre carte d’identité nationale, etc. BAD
2021-10-01 14:56:52
full-time
Ghana

The Senior Interior Designer will have proven experience successfully leading an interiors team overseeing projects from inception to completion. The candidate will have a portfolio of high-quality interiors in hospitality, residential, civic, & commercial/mixed-use sectors. Skills required : • Design, coordination, management, & attention to detail. • Experience, & profi ciency in Revit, Adobe Creative suite & Offi ce Suite. • 7+ years’ postgraduate experience • Experience working in Africa is a plus. • Experience of FF&E selection, budgeting, scheduling & procurement. • Strong understanding of construction & manufacturing of FF&E (materials, finishes, detailing & scheduling) & procurement Application deadline: 29th October 2021 To apply please email: ghcareers@adjaye.com Website: www.Adjaye.com   JA3105 ADJAYE
2021-09-23 13:57:00
full-time
Fermer