Mobilité/Expatriation

Hausse des frais universitaires en France : le Conseil constitutionnel confirme le principe de gratuité de l’enseignement supérieur

Par ,  | 

Bien que symbolique, la décision rendue vendredi 11 octobre par le Conseil constitutionnel français sonne comme un désaveu de plus pour le gouvernement qui a augmenté les frais universitaires des étudiants étrangers non-européens en avril dernier et fait face à une fronde universitaire.

C’est un nouveau rebondissement dans l’interminable débat sur la hausse des frais universitaires annoncée en France en novembre 2018 dans le cadre d’une nouvelle stratégie d’attractivité baptisée « Bienvenue en France ». La conformité constitutionnelle de l’arrêté inscrit au Journal officiel en avril 2019 prévoyant de de relever à 2 770 euros, les frais universitaires en licence et à 3 770 euros, ceux de masters pour les étudiants non-européens, a été étudié par le Conseil constitutionnel qui a rendu sa décision vendredi 11 octobre.

Verdict : le principe de gratuité de l’enseignement figurant dans le préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, vaut aussi pour l’enseignement supérieur, affirme la plus haute juridiction française.

Une décision non-contraignante

L’institution a été saisie en juillet par plusieurs organisations étudiantes françaises après qu’elles ont décidé de contester l’arrêté devant le Conseil d’État. Avant de statuer, ce dernier a décidé que le Conseil constitutionnel devait d’abord analyser la constitutionnalité du texte.

En consacrant le principe de gratuité de l’enseignement supérieur, les juges constitutionnels français contredisent frontalement le gouvernement, sans pour autant l’obliger à revenir sur sa réforme : « Cette exigence ne fait pas obstacle, pour ce degré d’enseignement, à ce que des droits d’inscription modiques soient perçus en tenant compte, le cas échéant, des capacités financières des étudiants », précise la décision en rappelant qu’ « il appartient aux ministres compétents de fixer sous le contrôle du juge les montants de ces droits. »

Fronde universitaire

Ce n’est pas le premier revers que connaît le gouvernement français suite à la hausse des frais universitaires. Depuis cette rentrée, seuls sept universités hexagonales (Paris II-Assas, Bordeaux, Bretagne Sud, Grenoble Alpes, Lille, Orléans et Rennes 1) sur 75 appliquent la mesure qui, dès son annonce en novembre, avait suscité une vague de protestation chez une quinzaine de présidents d’institutions françaises.

« Il ne s’agit pas de contourner la réglementation. Nous sommes en dessous des 10 %, donc nous respectons la loi. Si nous dépassons ce quota l’année prochaine, alors nous appliquerons la hausse »

Huit d’entre elles (Rennes 2, Lyon 2, Toulouse Jean-Jaurès, Nanterre, Angers, Aix-Marseille, Clermont-Auvergne, Rouen-Normandie) ont recours à un décret de 2013 qui permet d’exonérer 10 % des inscrits (hors étudiants boursiers et pupilles de la nation) de frais de scolarité en fonction du cycle, et du pays de provenance.

Mi-septembre, l’université Lyon 2 a confirmé à Jeune Afrique qu’« elle continuera à exonérer les étudiants concernés, tant qu’elle pourra rester dans la limite des 10 % exonérés par rapport à l’effectif total ». L’université de Pau maintient également sa position, rappelant qu’elle ne fait qu’appliquer un texte prévu dans la loi. « Il ne s’agit pas de contourner la réglementation. Nous sommes en dessous des 10 %, donc nous respectons la loi. Si nous dépassons ce quota l’année prochaine, alors nous appliquerons la hausse », note Mohammed Amara, président de l’université de Pau.

« Opposition de principe »

La majorité des établissements a formulé « une opposition de principe » notamment par peur de voir le nombre d’étudiants diminuer. Le ministère de l’Enseignement supérieur annonce que « le nombre d’étudiants internationaux inscrits en 2019, après l’examen des demandes de visas, a augmenté de 2,4 % ». De leurs côtés, plusieurs universités, comme Rennes 2 et Aix-Marseille, attendent la fin des inscriptions pour savoir s’il y a eu une hausse ou une baisse des étudiants internationaux cette année.

En février 2019, soit trois mois après l’annonce de la réforme, Campus France, organe dépendant des ministères français des Affaires étrangères et de l’Enseignement supérieur, a enregistré une hausse des candidatures provenant d’Afrique de l’Ouest et une baisse au Maghreb. Les chiffres concernant les inscriptions définitives se font encore attendre.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte