Universités

Tunisie : doctorants et enseignants dénoncent le manque de moyens à l’université

Par  | 

Manque de moyens, chômage, fuite des cerveaux. En Tunisie, les doctorants et enseignants-chercheurs des universités publiques multiplient les grèves pour tenter de faire bouger un ministère avare en solutions.

Au troisième étage de la faculté du 9 avril à Tunis, Riadh est excédé : « il y a de quoi vouloir en finir », lance cet étudiant en première année de master en sociologie. Son année n’a pas été validée et il estime avoir été lésé par les grèves qui ont plombé l’année universitaire.

Comme nombre de ses camarades, Riadh a été pris en étau dans le bras de fer engagé par le syndicat de l’Union des enseignants universitaires et chercheurs tunisiens (Ijaba) et le ministère de l’Enseignement Supérieur. Résultat, beaucoup d’examens n’ont pas été tenus et des mesures exceptionnelles ont été prises pour la validation de l’année à partir des évaluations disponibles.

Un secteur délaissé

Nejmeddine Jouida, coordinateur général national d’Ijaba estime comme les étudiants que « ces décisions portent préjudice à la crédibilité des diplômes scientifiques ». « Ce sont des mesures d’usage. L’administration a le devoir d’assurer la continuité du service », réplique Driss Sayeh, conseiller auprès du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Nos budgets ont été réduits à peau de chagrin si bien que nous ne produisons plus. »

Affligés par le manque de moyen de l’enseignement supérieur qui finit par entamer le niveau des étudiants dans les établissements publics, des enseignants appellent à la mise en place de réformes qui tardent à venir.

« L’université tunisienne était pourtant un fleuron d’excellence », assure un membre du Conseil scientifique de la faculté de la Manouba qui déplore le manque de moyens octroyés aux universités et s’inquiète de la somnolence de la recherche. « Nos budgets ont été réduits à peau de chagrin si bien que nous ne produisons plus. Malgré les encouragements, la recherche est le parent pauvre du système supérieur ; il suffit de constater la baisse du nombre de publications » précise-t-il. De fait, l’enseignement supérieur ne représentait plus que 5 % du budget de l’État en 2015 quand il dépassait les 6 % en 2010.

L’enjeu est essentiel pour la Tunisie où l’exode des cerveaux concerne également les enseignants. Il rend crucial le problème de l’avenir de l’université d’autant que les concours de recrutement sont se font rares depuis la révolution.

« J’ai suivi l’orientation qui m’a été imposée par le ministère. Personne ne m’a dit que je m’inscrivais dans une fabrique de chômeurs ! », regrette Héla, 29 ans, docteure en lettres anglaises diplômée depuis janvier 2019. Son parcours du combattant n’est pas fini pour autant, car elle peine désormais à trouver un emploi.

L’entrepreneuriat comme solution

En Tunisie, le taux de chômages des diplômés de l’enseignement supérieur dépasse les 28 %. Et les titulaires de doctorat sont particulièrement touchés : en 2017, la coordination des doctorants et docteurs de l’université El Manar avait conclu que 69 % des docteurs étaient au chômages. En réponse, le gouvernement a trouvé une maigre consolation et propose aux titulaires de diplômes de se lancer dans l’entrepreneuriat privé avec des formations en gestion financées par l’État. « Cette tendance de start-up tous azimuts est risquée ; on ne mesure pas encore le taux d’échec », alerte cependant Maher Ben Jaafar qui prépare un projet de micro édition.

Envisageable pour certaines spécialités comme l’informatique et les multimédias, la solution paraît moins adaptée à des jeunes diplômés en sciences humaines.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte