Contrat de travail

Cameroun : 5 conseils essentiels pour rédiger un contrat de travail

Par  | 

Bonnes pratiques, négociation, clauses essentielles... Jacques Nyemb, avocat et gérant associé du cabinet Nyemb revient sur les points incontournables a mentionner lors de la rédaction d'un contrat de travail au Cameroun.

Logo Cabinet Nyemb

Au Cameroun, le contrat de travail n’est pas obligatoirement un contrat écrit sauf s’il prévoit une période d’essai, qu’il stipule une durée déterminée de plus de trois mois ou qu’il nécessite l’installation du travailleur hors de sa résidence habituelle. Il est toutefois conseillé de rédiger un contrat pour formaliser les bases essentielles de la collaboration – notamment pour préciser la fonction du salarié, son salaire, ses droits et obligations – afin d’éviter toute interprétation contraire à la volonté initiale de l’employeur.

Pour rédiger un contrat de travail, à chacun ses techniques rédactionnelles mais afin d’éviter certains écueils, il est recommandé à l’employeur d’adopter quelques bonnes pratiques pour la préparation et la rédaction des contrats de travail de l’entreprise.

1.Identifier les bonnes pratiques de votre secteur d’activités

La première recommandation est de recueillir des informations sur les bonnes pratiques et les valeurs des entreprises appartenant au même secteur d’activités que l’employeur ; l’objectif étant de pouvoir comparer les pratiques salariales et autres avantages offerts dans le secteur d’activités concerné.

En effet, cela permettrait à l’employeur de comparer son offre avec celles des entreprises concurrentes et in fine d’être le plus attrayant pour pouvoir intéresser et retenir les meilleurs profils.

Ces informations sont généralement disponibles sur les sites internet des entreprises et auprès des recruteurs spécialisés.

2. Maîtriser le processus de négociation

Il s’agit ici d’attirer l’attention de l’employeur sur les conséquences juridiques d’une offre d’embauche. En effet, après l’entretien d’embauche, dans l’hypothèse où la candidature du salarié a été retenue, l’employeur va envoyer au salarié un écrit confirmant le poste, précisant le lieu de travail, la rémunération et la date d’entrée en fonction. Cet écrit peut être qualifié de promesse d’embauche.

Or, la promesse d’embauche peut, dans certains cas, être assimilée au contrat de travail lorsqu’elle est suffisamment précise. Par conséquent, en cas de retrait de l’offre, l’employeur peut voir sa responsabilité engagée pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Il est donc recommandé de bien définir et baliser son processus d’embauche en fonction de ses préférences et choix stratégiques.

3. Maîtriser le cadre juridique applicable

Le droit du travail prévoit un certain nombre de règles impératives qu’il convient pour l’employeur de respecter afin de ne pas voir son contrat frappé de nullité ou sa responsabilité engagée. A titre d’exemple, en droit du travail camerounais, le contrat de travail avec un travailleur de nationalité étrangère qui n’est pas visé par le Ministre chargé du Travail, avant tout commencement d’exécution, est nul de plein droit.

Par ailleurs, le Code du travail et les conventions collectives prévoient les droits des salariés, tels que le droit à des congés payés, ainsi que des clauses obligatoires telles que l’engagement à l’essai du salarié ou encore sa catégorie professionnelle, qu’il convient pour un employeur de respecter. Il est ainsi recommandé à l’employeur d’effectuer une veille juridique sur l’évolution de la réglementation en vigueur.

Dans certains cas, notamment lorsque l’employeur ne maîtrise pas le cadre juridique applicable, il est recommandé de se faire assister par un conseil externe à l’entreprise pour la rédaction de ses contrats de travail.

4. Revoir attentivement les clauses essentielles

Bien que le droit du travail soit un droit impératif, l’employeur dispose tout de même de possibilité d’aménagement des conditions d’embauche et de travail des salariés. L’employeur peut ainsi prévoir des clauses spéciales telles que la clause de non-concurrence, la clause d’exclusivité ou encore la clause de mobilité.

Cependant, il est recommandé à l’employeur de prêter une attention particulière à ces clauses. En effet, en ce qui concerne les clauses de non-concurrence et d’exclusivité, bien qu’elles soient indispensables à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise, ces clauses portent atteinte à la liberté de travailler du salarié. Elles doivent ainsi être limitées dans le temps, dans l’espace et, pour les clauses de non-concurrence, être assorties d’une contrepartie financière.

5. Adapter le contenu du contrat

No one size fits all – les conditions d’embauche et de travail des salariés varient en fonction du poste proposé. Le contrat de travail doit tenir compte des spécificités liées au poste et les clauses doivent ainsi pouvoir être modulées en fonction par l’employeur.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte