Enquête

Maroc : Atos est-il un acteur de la fuite des cerveaux ?

Par  | 

L’entreprise de services technologiques Atos se défend d’organiser la fuite des cerveaux marocains après qu’une annonce pour des CDI en France a été publié sur un site d’offres d’emploi.

La polémique a eu le mérite de mettre en avant la qualité de la main d’œuvre marocaine. Mais elle a révolté les milieux économiques du royaume chérifien. Le 30 janvier dernier, l’entreprise de services informatiques, Atos, a publié une annonce sur le site d’offres d’emploi marocain, Rekrute.com, concernant un événement de recrutement de 200 profils expérimentés pour des CDI en France.

Celui-ci devait se dérouler samedi 16 février dans un hôtel de Casablanca mais a très vite été annulé après que le site d’information Medias24 a relayé la nouvelle suite à des tweets outrés de certaines personnalités du monde des affaires, comme Ismail Douiri, directeur général délégué d’Attijariwafa Bank.

Dans la foulée, Atos s’est fendu d’un communiqué assurant que cette « initiative locale et isolée » allait « à l’encontre de la politique de recrutement du groupe ». Contacté par Jeune Afrique, un porte-parole d’Atos précise que le mail figurant dans le tweet d’Ismail Douiri était « un gabarit de mail disponible » et utilisable par des prestataires.

Après avoir elle aussi exprimé son mécontentement, l’Association marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (Apebi), a reçu des explications de la part des équipes locales d’Atos, qui fait partie de ses membres : « Ils étaient eux-mêmes étonnés et nous ont affirmé que l’initiative relevait d’une erreur d’appréciation de la part du management », rapporte Saloua Karkri-Belkeziz, présidente de l’Apebi.

« On a toujours constaté ces pratiques, mais venant d’Atos c’était étonnant »

Contacté par Jeune Afrique, Francis Meston, directeur général en charge de la région Afrique Moyen-Orient et Turquie, confirme que la stratégie d’Atos est de « recruter en Afrique pour l’Afrique et de relocaliser les diasporas » et qu’il prendra soin de rappeler aux équipes cette stratégie.

Pratiques connues

L’affaire a d’autant plus choqué qu’Atos a été l’une des premières entreprises à profiter du programme de contrat de performance mis en place en 2016. Celui-ci prévoit des mesures incitatives pour l’installation d’entreprises du secteur de l’offshoring en contrepartie de recrutements (60 000 entre 2016 et 2020) et d’investissements.

« On a toujours constaté ces pratiques, mais venant d’Atos c’était étonnant », explique Saloua Karkri-Belkeziz, qui est également présidente Afrique de GFI, un concurrent canadien d’Atos. Il y a deux ans, j’étais parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme concernant la chasse de tête de marocains pour l’Europe », poursuit-elle.

Entre 400 et 500 recrutements sont prévus chez Atos au Maroc en 2019.

Selon la dirigeante, le Maroc souffre aussi du programme « Visa French Tech » lancé en juin 2017 par la France et qui accorde sous conditions des visas de quatre ans aux talents étrangers ainsi qu’à leur conjoints et enfants. Pour parer le phénomène, l’association planche actuellement sur un projet de formation et de reconversion dans les métiers informatiques en partenariat avec l’Anapec et sur le recrutement de candidats subsahariens.

Mobilités inévitables

Quant à Atos, entre 400 et 500 recrutements sont prévus au Maroc en 2019. Parmi eux : « 70 à 80 % de jeunes diplômés au profil ingénieur pour des postes en cybersécurité, dans le digital, en intelligence artificielle, en big data et pour du conseil en solution Microsoft ou SAP », précise Francis Meston.

Le groupe Atos, qui est d’envergure internationale et compte 100 000 collaborateurs à travers le monde, emploie effectivement des marocains. Ce que confirme son patron Afrique sans pour autant être en mesure de préciser leur nombre. En Afrique, Atos emploie plus de 2 500 personnes dans 11 implantations et pratique comme partout ailleurs une politique de mobilité professionnelle qui amène ses collaborateurs à partir travailler en dehors de leur pays d’origine. Plus ou moins temporairement.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte