Mobilité/Expatriation

S’expatrier en Côte d’Ivoire : la diaspora entre tentation et hésitation

Par  | 

Les expatriés jeunes diplômés, cadres et entrepreneurs ivoiriens souhaitent retourner en Côte d’Ivoire. Mais le manque d’accompagnement et d’informations sur les opportunités professionnelles les empêchent de se projeter.

La majorité des ivoiriens a toujours gardé à l’esprit de repartir un jour en Côte d’Ivoire. 84 % d’entre eux le souhaite selon un sondage réalisé en 2012 par la FADIV, la fédération des associations de la diaspora ivoirienne. L’une de leur raison est l’attractivité économique du pays. La Côte d’Ivoire connaît une croissance avoisinant les 8 % par an, l’un des taux les plus élevés du continent en 2017.

S’ils ont envie d’y vivre, ces émigrés ivoiriens ne franchissent pas souvent le cap, selon Moussa Abdoul Kader, ex-président de la FADIV et maintenant représentant Europe de la Convention nationale des organisations de la société civile ivoirienne (CNOSCI). Il l’affirme, « un certain nombre de dispositifs ne sont pas mis en place pour accompagner leur retour », comme les aider à trouver un emploi stable ou l’obtention de marché.


>> LIRE AUSSI : Emploi en Côte d’Ivoire : les métiers qui recrutent à Abidjan


Aujourd’hui, la diaspora ivoirienne compte environ 1,2 million de membres répartis entre la France, l’Europe, le Canada, les États-Unis et les autres pays d’Afrique. Un nombre largement sous évalué selon le représentant de la CNOSCI, qui les estime beaucoup plus nombreux. Ce sont par exemple des jeunes diplômés, des cadres ou des entrepreneurs. Ils passent leur Bac dans leur pays d’origine, commencent leurs études, puis ils décident de partir à l’étranger, souvent en France, pour les terminer. Certains commencent même ensuite une carrière à l’international.

Quand les expatriés ivoiriens voient leurs amis repats réussir dans leur pays d’origine, ça leur donne envie de tenter leur chance.”

Gravir plus facilement les échelons

Les opportunités professionnelles poussent cette diaspora à emprunter le chemin du retour. Le pays a besoin de compétences dans les nouvelles technologies, dans la finance, les télécoms et l’assurance. Les expatriés ivoiriens sont conscients de pouvoir faire la différence. « La formation et l’expérience acquises en Occident leur feront gravir plus rapidement les échelons. Ils arriveront plus facilement à avoir des responsabilités », explique Joël-Eric Missainhoun, directeur du cabinet Africsearch à Abidjan.

Bien souvent, le déclic se fait lorsqu’ils partent en vacances en Côte d’Ivoire. « Quand les expatriés ivoiriens voient leurs amis repats réussir dans leur pays d’origine, ça leur donne envie de tenter leur chance. Et à Paris ou à Bruxelles l’ascension est plus lente », explique le directeur du cabinet de recrutement, lui même repat depuis 2010.  


>> LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire : les futurs managers de la e-santé seront formés à Abidjan


Pour lui, le cadre de vie joue également un rôle dans cette volonté de retour. « L’accès à certains service comme l’aide à domicile, est plus simple en Côte d’Ivoire qu’en France, surtout quand on commence à avoir des enfants », explique Joël-Eric Missainhoun. Selon une étude réalisée par Kodji agency, une agence qui accompagne les expatriés souhaitant investir en Côte d’Ivoire, les conditions de vie à l’étranger sont la principale raison qui motive les porteurs de projets ivoirien à partir.

Apporter sa contribution au continent

Enfin la volonté d’apporter sa contribution à l’expansion du pays est une autre motivation au retour. « Ils ont envie de faire bouger les choses », affirme Chams Diagne président du cabinet de recrutement Talent2Africa.

Guy F. Koré en fait partie, expatrié en France depuis l’âge de 10 ans, il projette de retourner en Côte d’Ivoire. « Je ressens le besoin d’être utile en Afrique. Et je préfère réussir dans mon pays qu’en France », avoue-t-il. Après avoir créer son entreprise Wizodia, accompagnant la diaspora africaine à construire des logements en Afrique depuis la France, il compte s’installer à Abidjan pour piloter son service directement sur place.

Mais cette décision reste encore à l’état de projet. « J’attends que mon entreprise et les activités agricoles que je possède en Côte d’Ivoire, soient suffisamment rentables pour rentrer. Et tout dépend de l’issue de l’élection présidentielle en 2020 ». Si le pays replonge dans une instabilité politique comme en 2011, l’entrepreneur n’y retournera pas.

Pas de postes à la hauteur des compétences

Entre les attentes et la réalité de l’emploi, le décalage est souvent difficile pour ces expatriés. Selon une étude réalisée par AVAKO Group en 2017 pour Inspire Afrika, un web magazine panafricain, 70 % des membres de la diaspora africaine ne rentrent pas en Afrique faute d’opportunités professionnelles. « Les futurs arrivants sont le plus souvent à la recherche de postes de directeurs juridique, ou administratif financier, de manager ou de top management. Or ces places sont déjà occupées ou n’ont pas encore été créées. Le marché de l’emploi ivoirien recherche davantage d’ingénieurs, de techniciens, d’assistants de direction, ou de comptables », explique Fanta Traoré, fondatrice du cabinet de recrutement Empower Talents & Careers.


>>LIRE AUSSI : Salaires en Côte d’Ivoire : pourquoi il faut refuser un poste inférieur à ses qualifications


Les expatriés ivoiriens revoient donc leurs attentes à la baisse ou se donnent plus de temps pour obtenir ce qu’ils veulent. Yves-Joel Esse, conseiller spécial et directeur de cabinet d’une grande banque française l’a déjà envisagé et a opté pour la patience, sans succès pour le moment. « Pendant longtemps, je regardais les offres toutes les semaines et je postulais. J’ai eu très peu de retours et encore moins en lien avec mes aspirations. Alors maintenant je continue de regarder mais je postule moins », raconte-t-il.

D’autres manquent simplement de réseau parce qu’ils ont quitté trop tôt leur pays et n’ont pas eu le temps de se faire un carnet d’adresses. L’élément clé pour un retour réussi au pays.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Sénégal

| Audit-Conseil

EVALUATION DU PROCESSUS ELECTORAL AU SENEGAL

I - MISSION DE L’EQUIPE D’EVALUATEURS Mission de l’équipe : Une équipe de 07 experts composée de: un chef de mission, un expert juridique, un expert spécialiste en base de données et en biométrie, un expert en opérations électorales, un démographe statisticien, et deux experts spécialistes dans les enquêtes de terrain. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable. II - PROFIL DES EVALUATEURS ☞ Un Expert Electoral Principal, Chef de Mission Rôle : Coordination de l’équipe et synthèse des rapports des autres experts. ☞ Un Expert en biométrie et en base de données : Rôle : Il assurera la revue technologique des systèmes (Enrôlement, Cartes, Biométrie, AFIS etc) et il élaborera le rapport sur la technologie électorale utilisée. ☞ Un Expert en opérations électorales Rôle : Il élabore le rapport sur les opérations préélectorales (les procédures mises en œuvre dans les Commissions administratives d’inscription, dans les Commissions de distribution des cartes d’électeur, la prise en charge du contentieux et la production des listes électorales définitives. ☞ Un Expert juridique Rôle : Il élaborera le rapport juridique relatif au code électoral incluant à la fois le cadre légal et le cadre réglementaire de l’organisation et de la conduite des processus d’inscription des électeurs au Sénégal. ☞ Un Expert démographe statisticien Rôle : Il participe à l’élaboration du rapport de synthèse en apportant les résultats des études sur les fichiers nationaux de la population et sur la comparaison entre différentes bases de données ☞ Deux enquêteurs sénégalais à cause de la nécessité de parler au moins une langue nationale pour les enquêtes de terrain III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après : LIEN : https://bit.ly/38W2kmF Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires pour 90 jours calendaires de mission. Les billets d’avion éventuels seront remboursés. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres pour chaque équipe doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com . Evaluateurs
2020-11-23 10:26:42
full-time
Sénégal

| Audit-Conseil

AUDIT DU FICHIER ELECTORAL DU SENEGAL

I – PROFIL des AUDITEURS : UNE EQUIPE composée de : - UN EXPERT LEGAL / Chef de Mission - TROIS (3) EXPERTS : BIOMETRIE DE FICHIER ELECTORAL, SPECIALISTE DE SYSTEMES D’INFORMATION et STATISTICIEN DEMOGRAPHE Informations sur les postes de l’Equipe : Un expert légal / Chef de mission pour une étude sur le cadre légal et une analyse comparative des standards internationaux. Il assure la coordination des experts de l’audit du fichier électoral. Trois experts pour l’audit du fichier électoral, dont 1 expert en biométrie électorale, 1 expert en systèmes d’information, et 1 expert statisticien démographe. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable Lieu d’affectation : Dakar, Sénégal II - MISSION Résultats attendus de la Mission : • Un rapport d’ensemble de la mission d'audit avec une note de synthèse est élaboré, maximum 90 jours après le commencement des travaux. • Un atelier de restitution du rapport d’audit est organisé en présence des différents acteurs du processus électoral, maximum 120 jours après le commencement des travaux. Objectifs spécifiques de l’Audit du Fichier Electoral :  faire la revue du cadre légal et réglementaire ;  faire la revue de la chaîne d'inscription des électeurs ;  procéder aux examens nécessaires du fichier électoral ;  examiner l'adéquation technologique ;  analyser l'adéquation des procédures et identification des ajustements à réaliser ;  analyser l'adéquation des ressources humaines et identifier les gaps de compétence et des besoins supplémentaires ;  examiner les anomalies constatées par les acteurs ;  proposer des mesures pour corriger les anomalies constatées. Le Comité de suivi de la commission politique est informé de toutes les étapes de l’audit du fichier électoral pour faire apporter au besoin les redressements nécessaires à la bonne marche de la mission. III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après  LIEN : https://bit.ly/3kJnC9k Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires de la mission. Les billets d’avion éventuels sont pris en charge. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com .
2020-11-20 13:18:55
full-time
Tunisie

| Institutions-ONG
Rosa-Luxemburg-Stiftung (RLS) est l'une des six grandes fondations politiques de la République fédérale d'Allemagne. Elle a pour mission principale d'assurer l’éducation politique en Allemagne et à l'étranger. La fondation est liée à Die Linke, le parti de la gauche allemande. La fondation promeut une analyse critique de la société et encourage les réseaux d'initiatives politiques, sociales et culturelles émancipatrices. Sur le plan international, elle plaide pour un dialogue entre le Nord et le Sud. La fondation Rosa Luxemburg travaille en Afrique du Nord depuis 2011, avec un siège social à Tunis depuis 2014. Pour notre bureau en Afrique du Nord, nous recherchons un(e) Program Manager qui rejoindra notre équipe à partir du 1er janvier 2021. Principales responsabilités - Analyser les développements politiques et sociétaux en Egypte. - Produire des analyses et des rapports de haute qualité basés sur des recherches approfondies, y compris des visites sur terrain pour un public universitaire et non universitaire. - Participer à des dialogues et des conférences nationales et internationales ; - Planifier et mettre en œuvre des projets de recherche et de dialogue nationaux, régionaux et internationaux avec des partenaires dans la région et ailleurs ; - Travailler en étroite collaboration avec des partenaires en Egypte, suivre leurs activités, leurs dépenses et leur budget, participer à des ateliers de planification et s'occuper des tâches administratives liées à ces partenaires. Qualifications requises
  • Master ou doctorat en histoire, politique ou sociologie.
  • Publications en arabe ou anglais (en français et en allemand est un atout) ;
  • Expérience professionnelle dans le contexte nord-africain ;
  • Expérience dans la gestion, l'administration et le suivi de projets ;
  • Compétences linguistiques : Arabe et Anglais, (le français et l'allemand est un atout) ;
  • Travailleur d'équipe responsable et organisé de manière autonome,
  • Identification avec les objectifs généraux de la RLS ;
Conditions d'emploi
  • Type de contrat : Contrat local tunisien pour deux ans avec possibilité de prolongation.
  • Horaires de travail : Temps plein (40 heures/semaine)
  • Localisation : Tunis avec des déploiements dans d'autres pays de la région nord-africaine
  • Salaire et conditions : Selon l'échelle salariale de la RLS à Tunis
  • Date de début : janvier 2021
Les candidats sont priés d'envoyer leur CV et leur lettre de motivation en anglais au plus tard le 30 novembre 2020 à l'adresse suivante : Jobs.Tunis@rosalux.org  en mentionnant à l'objet de l’email : Program Manager. *Les candidatures incomplètes ne seront pas prises en compte. *Seuls les candidats présélectionnés seront contactés Chargé(e) de Programme Program Manager    
2020-11-13 15:13:20
full-time
Fermer

Je me connecte