Gérer sa carrière

DRH : à quoi ressemblera le métier dans le futur ?

Par  | 

Autonomisation des tâches, plans de formation, autopromotion, un cabinet de recrutement a interrogé 120 DRH d’entreprises internationales sur le futur de leur métier. Décryptage.

Le dernier rapport mondial sur l’avenir du travail, publié le 22 janvier dernier par l’Organisation internationale du Travail a fait figurer un chiffre en guise de piqûre de rappel : d’ici 2050, la moitié de la population africaine (estimée à 10 milliards d’habitants) aura entre zéro et 24 ans. Cette pression démographique menace de laisser des millions de personnes sans emplois à long terme si les marchés du travail ne se dynamisent pas et si les entreprises ne se transforment pas. Elle est en même temps une opportunité à saisir pour les économies africaines en quête de diversification.


>> LIRE AUSSI : Didier Acouetey (AfricSearch) : « Le continent ne produit pas assez de techniciens »


Au cœur de ce défi, les métiers des ressources humaines (RH) ont un rôle déterminant à jouer dans un contexte où nombre de hauts dirigeants africains se désintéressent du sujet faute d’en comprendre son utilité. Quels sont les défis auxquels les RH doivent faire face dès à présent ? À quoi va ressembler leur métier dans le futur ? Une étude menée en juin 2018 auprès de 120 DRH de grandes entreprises internationales et publiée ce mardi par le cabinet de recrutement Wavestone, tente de livrer les réponses à ces questions.

71 % des DRH interrogés estiment que la gestion administrative des collaborateurs sera bientôt automatisée. »

Digitalisation

Sujet incontournable dans tous corps de métiers, la technologie dans le travail, et plus particulièrement l’automatisation de certaines tâches simples, concerne aussi certains aspects du travail des RH. Selon l’étude du cabinet Wavestone, 71 % des DRH interrogés estiment que la gestion administrative des collaborateurs sera bientôt automatisée. Il en va de même pour le pilotage financier (47 %) et les activités de paie (45 %).

Pour l’essentiel des sondés (96 %), la digitalisation est la principale évolution qui doit impacter leur fonction dans le futur. Elle semble selon eux, déterminer deux autres évolutions : celles des métiers et des compétences, et celle des nouvelles façons de travailler.

Si elle modifie leur propre métier, la digitalisation est surtout considérée comme une évolution majeure par les DRH parce qu’elle est aussi le sujet principal de leur action au sein de l’entreprise : c’est eux qui devront anticiper, prévoir, organiser, promouvoir et piloter la transition digitale des différents métiers hébergés au sein de leur entreprise.


>> LIRE AUSSI : Managers : comment préparer votre entretien d’embauche en cabinet


Personnification du suivi des salariés

Dans cette logique les DRH se concentreront à l’avenir sur des tâches difficilement automatisables comme le recrutement des talents, la gestion des mobilités professionnelles (une priorité pour 80 % des répondants), les relations sociales (près de 80 %) et la gestion des compétences.

Le DRH doit pouvoir affirmer sa pouvoir affirmer sa position dans les instances décisionnelles ».

Au-delà de ces priorités, les DRH pensent que leur rôle s’inscrira davantage dans la stratégie globale de l’entreprise : 74 % d’entre eux pensent que leur rôle de partenaire d’affaire sera renforcé. Tout comme la mission de développement RH souvent liée à une stratégie d’attractivité et de rétention des talents.


>> LIRE AUSSI : Management : 3 leçons de leadership données par les scientifiques


Besoin d’autopromotion

Pour parvenir à ses fins, la fonction de DRH doit s’autopromouvoir auprès du management et des équipes : « Le DRH […] doit pouvoir affirmer sa pouvoir affirmer sa position dans les instances décisionnelles de l’organisation et détenir une expertise métier pour accompagner la population gérée », souligne le cabinet Wavestone.

Selon les intéressés, les DRH de demain doivent donc être de véritables leaders. Pour 57 % d’entre eux, ils doivent savoir susciter l’engagement. Et près des trois quarts pensent que l’intelligence situationnelle et relationnelle est la première des qualités à avoir pour occuper le poste. Côté compétences techniques, les incontournables à avoir sont l’identification et l’accompagnement des talents, la compréhension du marché, l’anticipation et le développement les collaborateurs.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte