Universités

Universités : comment les enseignants cherchent à africaniser les savoirs

Par  | 

Selon les intellectuels africains, la diffusion de la pensée décoloniale et l’investissement dans la recherche font partie des priorités du monde universitaire continental. Mais les changements sont peu soutenus par les États.

« Nous avons beaucoup de travail à faire pour former l’universitaire africain de demain dans nos propres institutions, avec nos propres ressources, grâce à notre propre vision », affirme Patrice Correa, enseignant chercheur à l’université Gaston-Berger à Saint-Louis au Sénégal. Comme beaucoup d’autres penseurs du continent, ce docteur en sciences de l’information et de la communication est partisan de la pensée « décoloniale ». Ce mouvement intellectuel estime que l’élite intellectuelle de demain doit penser le continent depuis l’intérieur.


>> LIRE AUSSI : Classement : le top 4 des universités africaines préférées des recruteurs


Africaniser les savoirs

Selon eux, cela nécessite de réformer l’université africaine qui, depuis les indépendances, est restée fortement marquée par son alignement disciplinaire sur ses homologues françaises et britanniques. « L’élite intellectuelle africaine doit s’émanciper de toute allégeance à une quelconque puissance étrangère. L’université doit libérer des énergies et des esprits capables de penser, de choisir, d’entreprendre librement. L’intellectuel africain doit contribuer à la production d’une science et d’un savoir où pourraient s’exprimer les spécificités africaines », affirme Hanane Essaydi, enseignante en Lettres à l’université Cadi Ayyad de Marrakech.

C’est dans les universités africaines anglo-saxonnes que ce mouvement épistémique s’est le mieux développé. »

C’est pourquoi l’université Gaston Berger, située à Saint-Louis au Sénégal a ouvert en 2010, l’UFR des civilisations, religions, arts et communication africaines (CRAC) qui compte six départements. « Notre volonté est d’approfondir l’africanisation de l’université pour favoriser l’insertion consciente et efficace de l’homme dans sa société, dans sa culture et dans son temps », explique Patrice Correa, actuel directeur de l’UFR. Et d’ajouter : « Depuis sa création, nous recevons des collègues du monde entier. L’enjeu est de taille car si nous ne faisons pas l’université par nous et pour nous-même, les autres pourraient le faire pour nous et peut-être à notre détriment ».


>> LIRE AUSSI : Études à l’étranger : la France augmente les coûts de ses diplômes


Pour Nadine Machikou, « c’est dans les universités africaines anglo-saxonnes que ce mouvement épistémique s’est le mieux développé ». Selon cette agrégée de sciences politiques qui enseigne à l’Université Yaoundé II au Cameroun il n’existe pas encore en tant que tel d’espaces stabilisés de diffusion de la pensée décoloniale à l’université : « Je m’investis donc autrement. J’expérimente par exemple actuellement avec les jeunes chercheurs en droit international la possibilité de repenser les territoires et les objets de la discipline à partir de l’Afrique ».

Rapprocher les chercheurs des populations locales

Dans la production de ce savoir universitaire endogène, la recherche joue un rôle central. Or, actuellement, seulement 1 % des chercheurs de la planète sont africains quand l’Afrique représente plus de 17 % de la population mondiale. « Et la plupart de nos chercheurs atteignent leur meilleure productivité à l’étranger, aux États-Unis ou encore en Europe car le cadre est complet pour s’épanouir et faire de la recherche », estime Patrice Correa.

On ne peut pas créer une intelligentsia africaine sans investir dans la recherche. »

Sa collègue, Hanane Essaydi, considère de son côté que le métier de chercheur est encore méconnu dans la société : « La figure de l’intellectuel africain est souvent tournée en dérision dans la littérature africaine. Il s’agit d’un être détaché du monde qui l’entoure, complètement désengagé et tenant des discours savants abscons dans la langue de l’ancien colonisateur, ce qui l’éloigne irrémédiablement des populations locales ».


>> LIRE AUSSI : L’Afrique doit créer 20 millions d’emplois par an pendant 20 ans, selon le FMI


Or, selon Mehdi Alioua, enseignant chercheur à l’Université internationale de Rabat (UIR), intellectuels et populations locales doivent travailler de concert : « On ne peut pas créer une intelligentsia africaine sans investir dans la recherche » affirme-t-il. Tous les vrais changements arrivent par le haut, depuis une élite de pensée qui arrive à se connecter au reste de la société. Les savoirs et innovations se font par le bas mais la diffusion par le haut ». L’enseignant vient tout juste d’être nommé président de la chaire migrations, mobilités, cosmopolitisme de l’UIR dont le but est de produire une réflexion sur le monde et l’Afrique à partir de l’Afrique.

Pour que la recherche soit utile, les chercheurs doivent cesser d’être des agents passifs de l’ordre académique institué par l’État. »

D’accord avec ce discours, Patrice Correa tient quand même à nuancer : « Il faut éviter l’enfermement car la formation d’une intelligentsia africaine ne veut pas dire vivre dans un espace clos et penser le monde sans les autres. Les mobilités des élites scientifiques et de toutes les élites, et avec elle, la circulation des savoirs sont fondamentales pour ajuster les regards et faire ensemble le monde ».

Trouver de nouveaux modèles de financements

Les universitaires interrogés sont unanimes, l’État doit davantage s’investir dans cette mission. « La fonction publique n’est pas une garantie d’indépendance et d’autonomie sur le continent africain. Dans le cas du Maroc, il n’y a pas assez de capitaux publics pour financer les changements évoqués et le modèle de la société est à bout de souffle », explique Mehdi Alioua. « Pour que la recherche soit utile, les chercheurs doivent cesser d’être des agents passifs de l’ordre académique institué par l’État. Ils doivent recourir à d’autres sources de financement et de valorisation de la recherche via le secteur privé ou les bailleurs de fonds internationaux par exemple », complète Nadine Machikou.


>> LIRE AUSSI : Classement Times Higher Education 2019 : l’Afrique du Sud domine toujours le continent


C’est d’ailleurs ce modèle là que soutient Mehdi Alioua. L’UIR, comme d’autres universités reconnues au Maroc, fonctionne sur le modèle du partenariat public-privé. « Cela permet de mobiliser les capitaux privés sans faire de l’université un business puisque l’UIR est à but non lucratif. Le taux de retour sur l’investissement est très faible et l’UIR n’appartient pas à des individus donc ne peut être vendue », explique l’enseignant. Lorsque l’on s’inquiète du « modèle tout privé », Mehdi Alioua se dépêche de répondre : « Le privé n’est pas la solution miracle mais plutôt une solution intermédiaire pour le continent ».

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

International

| Institutions-ONG

WWF is an independent conservation organization active in nearly 100 countries, working to sustain the natural world for the benefit of people and nature.  

  

We are part of a growing coalition calling on world leaders to set nature on the path to recovery by 2030. Working with many others – from individuals and communities to business and government – WWF urgently seeks to protect and restore natural habitats, stop the mass extinction of wildlife, and make the way we produce and consume sustainable. 

WWF now seeks a new Chair of the International board. The (non-executive) board oversees the activities of WWF International and is the custodian of the Panda brand.

 

The ideal candidate: 

 

  • Is a high profile convenor, with an extensive and impactful network; 
  • Has significant experience of effectively chairing diverse, multi-cultural and complex organizations; 
  • Has the personality and capabilities to work effectively with the global WWF network, and 
  • Demonstrates a genuine commitment to the WWF mission and values.

 

This is a demanding and non-remunerated role; expected time commitment of up to 30%.

Egon Zehnder has been retained as our exclusive partner in this search. Please register your interest at WWFInternationalChair2022@EgonZehnder.com

 

The submission deadline is 31 August 2022.

 

 

www.panda.org

2022-06-30 06:24:59
full-time
International

| Institutions-ONG

WWF is an independent conservation organization active in nearly 100 countries, working to sustain the natural world for the benefit of people and nature.  

  

We are part of a growing coalition calling on world leaders to set nature on the path to recovery by 2030. Working with many others – from individuals and communities to business and government – WWF urgently seeks to protect and restore natural habitats, stop the mass extinction of wildlife, and make the way we produce and consume sustainable. 

WWF seeks a new Director General to succeed the retiring incumbent. The Director General leads the WWF organization globally and is accountable for ensuring that the WWF Network is aligned on the delivery of global organizational goals to support our mission and achieve tangible conservation impact. 

 

This is a demanding and high-profile role. The ideal candidate: 

 

  • Is an inspiring and influential leader with a significant track record of leading complex global organizations;
  • Has a deep and broad understandinof conservation, environmental and development issues; 
  • Possesses strong political acumen and excellent understanding of and experience in environmental and sustainability issues at the international policy level;
  • Has the ability to skillfully influence externally through vision, effective communication, political finesse and networking; and
  • Demonstrates a genuine commitment to the WWF mission and values.

 

Egon Zehnder has been retained as our exclusive partner in this search. Please register your interest at WWFInternationalDG2022@EgonZehnder.com

 

The submission deadline is 31 July 2022.

 

www.panda.org

2022-06-30 06:15:10
full-time
Afrique

Africa CDC Saving Lives anLivelihoods Initiative Recruitment VACANCY ANNOUNCEMENT 92 POSITIONS LOCATED IN ADDIS ABABA, ETHIOPIA; LIBREVILLE, GABON; NAIROBI, KENYA; ABUJA, NIGERIA; LUSAKA, ZAMBIA. The Africa CDC is Africa’s first continent-wide public health entity and envisions a safer, healthier, integrated, and stronger Africa, where the Member States are capable of effectively responding to outbreaks of infectious diseases and other public health threats. Administratively, Africa CDC is designed to operate a decentralized model that allows it to work with National Public Health Institutes (NPHIs) of AU Member States, through five Regional Collaborating Centers located in Egypt, Gabon, Kenya, Nigeria, and Zambia, for the Northern Africa, Central Africa, Eastern Africa, Western Africa, and Southern Africa regions respectively. In partnership with the MasterCard Foundation, Africa CDC will implement the Saving Lives and Livelihoods Initiative (SLL), which aims to strengthen Africa’s public health institutional capabilities to detect and respond quickly and effectively to disease outbreaks and other health burdens through an integrated network of continent-wide preparedness and response, surveillance, laboratory and research programs. Working collaboratively with the African Field Epidemiology Network (AFENET), Africa CDC is inviting applicants who are citizens of African Union member states for fixed-term posts for 92 positions to staff the SLL Initiative, based at Africa CDC’s Headquarters and in the Regional Collaborating Centres (RCCs). This recruitment effort is being led exclusively by Oxford HR. To find out more about the job specifications and the location of the roles, please visit Oxford HR’s website at http://afenet.oxfordhr.co.uk   AFRICA CDC  
2022-06-27 10:23:32
full-time
Fermer