Formation continue

Formation professionnelle au Burkina : un mastère spécialisé de l’EM Lyon à l’Université Ouaga I

Par  | 

La délocalisation du mastère spécialisé en finance de l’EM Lyon Business School va permettre aux professionnels et étudiants burkinabè de se former sans quitter leurs pays ou leurs emplois.

L’ouverture du mastère spécialisé en finance à l’Université Ouaga I s’inscrit dans le cadre d’une coopération entre EM Lyon Business School et des universités africaines, dont l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et l’Université Catholique d’Afrique centrale à Yaoundé. Le but est d’offrir aux étudiants et professionnels africains un diplôme labellisé par la Conférence des grandes écoles de France depuis leurs pays d’origine.

Une spécialisation métier

Baptisé « Executive M.sc Finance », le programme offre des formations en ingénierie financière dans quatre spécialisations au choix : banque d’investissement et finance d’entreprise, finance de marchés, finance et innovation, finance quantitative et analyse de données.


>> LIRE AUSSI : Burkina Faso : Iscom, une nouvelle école orientée vers les métiers du numérique


Il est ouvert aux titulaires d’une licence 3 ou d’un master 1, certifiés par le Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames). Il accueille également les titulaires d’un diplôme inférieur ou non reconnu par le Cames, justifiant d’une expérience professionnelle de trois ans minimums dans des fonctions financières, de direction, de gestion, ou de comptabilité.

Cours en présentiel et en distanciel

La formation dure 15 mois pour les titulaires de master 1 admis directement en deuxième année et 21 mois pour ceux admis en première année. Elle coûte respectivement 3 500 000 et 2 500 000 de francs CFA (environ 5 300 et 3 800 euros). La formation alterne des travaux individuels et des séminaires collectifs, et est sanctionnée par le diplôme français M.sc finance d’EM Lyon Business School (Bac+5). Les cours sont dispensés sur place et en ligne, en anglais et en français.


>> LIRE AUSSI : Bientôt une université virtuelle au Burkina Faso


À la fin du programme, les nouveaux diplômés peuvent prétendre à des postes de contrôleur de gestion des risques financiers, responsable de la gestion quantitative de portefeuille, gestionnaire de fonds dans les banques, les sociétés de bourse, les compagnies d’assurance, les services financiers et de trésorerie des grands groupes industriels ou consultants dans les grands cabinets de conseil spécialisés.

Selon une enquête réalisée par l’école auprès des jeunes diplômés en 2017, plus de 90 % décroche un emploi moins de six mois après la fin du programme et plus de 50 % avant le diplôme.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte