Langues

Maîtrise de l’anglais : le Maghreb progresse, mais peut mieux faire

Par  | 

Entre 2016 et 2017, la quasi-totalité des pays d’Afrique du Nord ont augmenté leur niveau d’anglais. La région reste néanmoins plus imperméable à son apprentissage que le reste du continent.

Langue de l’ouverture internationale et des affaires, l’anglais fait partie des compétences nécessaires à la compétitivité des pays et à l’insertion des populations actives dans un marché du travail de plus en plus globalisé. Las, le Maghreb pourrait pâtir de son mauvais niveau sur ce point. Les pays de la région se placent en effet au bas du huitième classement publié par Education First (EF), société suisse de formation linguistique, sur le niveau en anglais dans 88 pays.

Cette année, le bonnet d’âne revient à la Lybie dernière du palmarès international (88ème). De son côté, l’Égypte qui est le pays le mieux classé du Maghreb, demeure malgré sa 62ème place, parmi les pays aux « compétences faibles ».


>> LIRE AUSSI : L’Afrique francophone peine encore à développer ses talents


Des progrès

D’après les experts d’EF, les environnements multilingues des pays de Maghreb – Tunisie et Maroc notamment – ne donnent pas la priorité à l’apprentissage de l’anglais. « Les adultes d’Afrique du Nord parlent anglais à des niveaux similaires à ceux du Moyen-Orient », souligne les experts. Selon eux, les résistances à la langue de Shakespeare sont aussi le symptôme de marchés du travail où le secteur public est « surdimensionné » et où le niveau élevé de chômage n’incite pas les jeunes à son apprentissage. Malgré ce piètre constat, le niveau progresse dans la quasi-totalité des pays de la région, sauf en Tunisie où l’indice baisse d’1,16 point par rapport à 2017.

Les adultes d’Afrique du Nord parlent anglais à des niveaux similaires à ceux du Moyen-Orient. »

L’Afrique mieux représentée

C’est la deuxième année que le classement d’Education First s’intéresse à l’Afrique. L’an passé, le continent a fait une entrée timide en tant que région distincte grâce l’intégration de l’Angola, du Cameroun du Nigeria et de l’Afrique du Sud, portant le nombre de pays africains étudiés à neuf. Cette année, neuf pays figurent à nouveau au palmarès mais faute de répondants, l’Angola et le Cameroun ont été retiré au profit de l’Éthiopie et du Sénégal :

Des résultats à pondérer

Réalisé sur la base d’un test gratuit en ligne passé par des milliers de répondants volontaires, l’indice EF n’est pas représentatif de la population et mène à des résultats étonnants. Selon l’indice, les femmes du continent (56,20) parlent mieux anglais que les hommes africains (51,58) et européens (54,57). Pourtant, les chiffres de l’Institut de statistique de l’Unesco précisent que seulement 24 % des filles en âge de fréquenter le primaire ne sont pas scolarisées. Et lorsque qu’elles sont scolarisées, elles le sont moins longtemps que les garçons (un an de moins en moyenne).


>> LIRE AUSSI : 3 astuces pour faire évoluer sa carrière professionnelle et devenir PDG 


De plus, les résultats de l’indice sont nivelés par le haut du seul fait que le test à partir duquel il est réalisé n’est qu’à condition d’avoir accès à un smartphone, un ordinateur et à une connexion Internet.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte