Formation continue

Deux universités parisiennes lancent un diplôme en ligne de juriste OHADA

Par  | 

Lancé en 2014 par l’université Paris 13 et Panthéon-Assas Paris 2, le diplôme interuniversitaire de juriste OHADA est désormais disponible en ligne. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 octobre.

« Depuis sa création en 2014, il a toujours été prévu d’aller vers le numérique », affirme Boris Martor, avocat associé au cabinet Eversheds Sutherland – partenaire du diplôme – et responsable du module droit des sociétés du diplôme de juriste OHADA. C’est désormais chose faite. Pour ses quatre ans, le diplôme interuniversitaire (DIU) conduit par l’université Paris 13 et Panthéon-Assas Paris 2, lance en effet une version numérique. Les inscriptions en ligne ont été ouvertes le 1er octobre pour les professionnels et titulaires de master 1.

Nombre d’étudiants illimité

Et c’est peu dire que la formation répond à un véritable besoin : « Nous avions déjà énormément de candidatures pour le diplôme physique. Et depuis le 1er octobre, nous avons déjà reçu plus de 250 demandes pour le DIU », s’enthousiasme Boris Martor. Il faut dire que dans une zone géographique qui rassemble 260 millions d’habitants répartis dans dix-sept pays, nombreux sont les juristes ou étudiants en droit souhaitant se spécialiser dans une discipline qui participe à l’intégration économique et juridique du territoire.

S’il faut engager plus de tuteurs pour l’accompagnement personnalisé nous le ferons. »

C’est pourquoi l’équipe de dix-sept professeurs et intervenants professionnels réunie par les deux responsables, Marie Goré, professeure à l’université Panthéon-Assas et Cyril Grimaldi, professeur à l’université Paris 13, s’est donné pour mission de former le plus d’étudiants possible. « Nous n’avons pas de limite, assure l’avocat du cabinet Eversheds Sutherland. S’il faut engager plus de tuteurs pour l’accompagnement personnalisé nous le ferons. »

>> LIRE AUSSI : Expats-repats : ce qui motive la diaspora à aller travailler en Afrique

Cours vidéo

Les 120 heures réparties entre douze cours couvrant quatre thématiques comme le droit institutionnel (30 heures) ou le droit du crédit (35 heures) ont été adaptés au format numérique : « Les équipes d’Agor@ssas [la plateforme d’enseignement numérique de l’université Panthéon-Assas, Ndlr] ont numérisé tous les supports des professeurs et enregistré des focus en studio avec vidéo et prise de son », souligne Boris Martor.

En plus des frais de scolarité, les étudiants doivent débourser 1 000 euros.

Cette logistique a bien évidemment un coût : en plus des frais de scolarité, les étudiants doivent débourser 1 000 euros pour un cursus qui débute en décembre et se termine en juin 2019 par des examens. Ces derniers se déroulent en présentiels dans une des deux universités parisiennes, ou localement, au sein des ambassades et établissement partenaires. Le cursus est également ouvert aux professionnels en formation continue à raison de 4 500 euros, hors frais de scolarité.

>> LIRE AUSSI : Intelligence artificielle : un premier master d’excellence au Rwanda

Aide au financement

À terme, des dispositifs d’aide au financement seront mis en place grâce à des partenaires comme le Conseil supérieur du notariat, le groupe Loret ou l’éditeur Lextenso : « Nous travaillons sur des montages de bourses et des financements par des entreprises et organismes », illustre l’avocat.

La sélection qui se fait sur examen des dossiers de candidature est ouverte au plus grand nombre. Néanmoins, la formation ne saurait être suffisante pour une reconversion « parce qu’elle ne dispense pas les fondamentaux », rappelle Boris Martor.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte